Ava

Photo: Sweet Delight Pictures / Grasshopper Film

Grâce à de savants tours de passe-passe, Sadaf Foroughi, cinéaste montréalaise d’origine iranienne, a pu tourner à Téhéran un premier long métrage de fiction très inspiré de sa propre jeunesse. Quelques signes culturels ne trompent pas sur la singularité de cet univers codifié en partie par la religion, mais d’autres affichent de grandes résonances avec notre propre monde, tout particulièrement les remous de la crise d’adolescence. Et ne cherchez pas ici de mode d’emploi ou de résolution salvatrice : la jeune Ava (Mahour Jabbari) s’enfonce dans une colère qui la détruit à petit feu, en opposition avec ses parents, ses professeurs, et même ses camarades de classe à qui elle n’épargne jamais ses états d’âme. Cette aspirante violoniste multiplie les fausses notes, tandis que la cinéaste, s’inspirant de plusieurs maîtres iraniens du cinéma, ne fait qu’amorcer la quête de sa propre signature.

Notre critique complète

Horaire en salles

Ava

★★★

Drame de Sadaf Foroughi. Avec Mahour Jabbari, Leili Rashidi, Bahar Noohian, Shayesteh Sajadi. Canada, 2017, 107 minutes.