Stéphane Rousseau se fera gentil mais «edgy» à V

L’humoriste succède à Éric Salvail dans la case quotidienne de 22 h à V.
Photo: V L’humoriste succède à Éric Salvail dans la case quotidienne de 22 h à V.

Dans le milieu artistique, Stéphane Rousseau a la réputation d’être un gentil garçon. Pour remplacer le turbulent Éric Salvail, disparu de la circulation à la suite du dévoilement de ses inconduites sexuelles, la chaîne V ne pouvait rêver mieux comme aspirant roi de ses fins de soirée.

« On cherchait quelqu’un de rassembleur », a révélé Brigitte Vincent, vice-présidente du contenu du Groupe V Média, mardi matin en conférence de presse. « On voulait aussi récupérer la case de 22 h. On croit que Stéphane Rousseau sera un bon ambassadeur de V. »

« C’est le retour de la gentillesse », résume Michel St-Cyr, producteur exécutif du Show à Rousseau. Avec Ellen DeGeneres et Jimmy Fallon, la gentillesse est la principale inspiration de ce talk-show à l’américaine construit autour de Stéphane. »

« Ce n’est pas la gentillesse de Sonia Benezra, c’est une gentillesse plus acide. Je pense qu’on peut être gentil et edgy en même temps. Je suis un peu fou et je n’ai pas beaucoup de censure non plus. Je ne veux pas être déplacé, mais si quelqu’un me cherche, il va me trouver ! » assure Stéphane Rousseau.

Aux côtés de sa complice Sonia Cordeau (Les Appendices, Like-moi !), l’humoriste aura non seulement le plaisir de s’entretenir avec des vedettes de catégorie A (Marc Labrèche, Guy A. Lepage et Anne Dorval sont parmi les invités de la première semaine), il pourra aussi chanter, danser et faire des sketchs.

« Avec Sonia, on va essayer de se faire rire mutuellement », promet Rousseau, qui admire sa comparse pour sa plume et pour son humour absurde. Sa place est déjà définie, mais elle se définira davantage dans les prochaines semaines. » Et pas question de remplacer Sonia Cordeau lorsqu’elle devra s’absenter pour cause de tournée au cours de la saison qui se terminera le 24 mai : « Elle me manque déjà ! » s’exclame l’animateur.

Pour assurer le volet musical, on a fait appel à La Famille Ouellette, « des millénariaux qui s’habillent en licorne le week-end », comme les décrit Stéphane Rousseau, qui tenait à ce que ce talk-show, campé dans un décor shabby chic, soit enregistré devant un public.

L’animateur avait aussi comme désir de recevoir des animaux sur le plateau : « J’ai un souvenir nostalgique de Johnny Carson. J’aimais son rire, son bronzage, ses suits et le look de l’époque. Il avait beaucoup de fun avec ses invités. Si j’ai eu envie d’avoir des animaux sur le show, c’est que Carson en avait eu au Tonight Show. Ça m’a toujours amusé, ce côté awkward ; en plus, le public apprend et quand tu as une invitée fabuleuse comme Julie Hébert du zoo de Granby, qui sait raconter une histoire, c’est le fun. »

S’il ne craint pas de sortir de sa zone de confort en présence de certaines bêtes, Stéphane Rousseau n’a certes pas l’intention de brasser la cage de ses invités. « C’est important d’être bienveillant. Je n’ai pas envie de mettre les gens en boîte ; j’ai envie qu’ils se sentent bien avec moi et qu’ils aient envie de participer », conclut l’animateur, qui souhaite des conversations amicales sans malaises.

Le show de Rousseau

V, du lundi au jeudi, 22 h