L’outsider

À des lieues de ses films nostalgiques pétris de bonnes intentions (Les choristes, Faubourg 36 et La nouvelle guerre des boutons), ce thriller campé dans les hautes sphères de la finance de Christophe Barratier carbure à l’adrénaline. Retraçant la montée et la descente fulgurantes du jeune trader Jérôme Kerviel (Arthur Dupont, fiévreux), principal responsable des pertes faramineuses de la Société Générale en 2008, L’outsider emprunte tous les clichés propres aux films d’Oliver Stone (Wall Street) et de Martin Scorsese (Le loup de Wall Street). Mouvements de caméra nerveux, montage frénétique, atmosphère tendue : rien ne manque pour illustrer l’univers féroce et sans merci des traders aveuglés par l’appât du gain. Pour ajouter au suspense, le récit, ponctué de scènes d’interrogatoire, commence par le suicide d’un personnage en menant le spectateur sur une fausse piste. S’inspirant du livre de Kerviel, le scénariste Laurent Turner brosse un portrait peu flatteur de ces hommes, dont certains se prennent pour des messies de la finance, tel le personnage interprété avec truculence par François-Xavier Demaison. Au-delà de leur comportement outrancier, il aurait été intéressant que Turner se penche davantage sur leurs motivations, afin que l’on saisisse mieux ce qui a pu amener Kerviel à se brûler ainsi les ailes.

L’outsider

★★ 1/2

France, 2016, 117 minutes. Thriller de Christophe Barratier. Avec Arthur Dupont, Sabrina Ouazani, François-Xavier Demaison, Mhamed Arezki, Thomas Coumans, Tewfik Jallab.

1 commentaire
  • Mario Jodoin - Abonné 19 mars 2017 00 h 03

    Leurs motivations?

    Gagner, se distinguer, ce qui est propre à l'être humain. Heureusement, il ne cherche pas toujours à se distinguer de cette façon.