Roi et reines au XXe siècle

Les trois femmes qui entourent le jeune Jamie.
Photo: Entract Films Les trois femmes qui entourent le jeune Jamie.

S’inspirant une fois de plus de sa jeunesse et de ses relations familiales, Mike Mills (Thumbsucker : Le côté sombre de l’adolescence, Les débutants) livre un film nostalgique et tendre où il rend hommage aux femmes ayant marqué sa jeunesse. Campé en 1979 dans le sud de la Californie, 20th Century Women met en scène la lumineuse Annette Bening, trop rarement à l’avant-plan, dans le rôle d’une femme de 55 ans, Dorothea, élevant seule son fils de 15 ans, Jamie (Lucas Jade Zumann).

Croyant à tort qu’elle n’a pas toutes les compétences pour en faire une bonne personne, elle demande à Abbie (Greta Gerwig), photographe en rémission d’un cancer du col utérin logeant chez elle, et à Julie (Elle Fanning), adolescente mélancolique et meilleure amie de Jamie, de voir avec elle à l’éducation de son fils. Autour du garçon évolue également William (Billy Crudup), aspirant potier engagé par Dorothea pour retaper sa maison centenaire. L’homme deviendra davantage objet de désir pour Abbie que figure paternelle pour Jamie.

Épousant le rythme lent des restaurations de la maison délabrée, où nuit après nuit Julie vient trouver platoniquement réconfort auprès de Jamie, 20th Century Women brosse avec finesse et humour le tableau d’une Amérique sur le point d’entrer dans l’ère Reagan à travers l’illustration d’une cellule familiale en crise d’identité. Bien que solidaires et pleins d’empathie, les personnages sont si connectés sur leur nombril qu’ils ne semblent pas voir ce que la société leur offre. Et surtout, ils ne paraissent pas comprendre tout ce qu’ils peuvent apporter à celle-ci.

À l’image de leur demeure, Dorothea et les siens menacent de s’effondrer. Heureusement, ils n’hésitent jamais à exprimer leurs tourments, leurs envies, leurs revendications. Qu’il place ses personnages dans le rassurant bordel régnant dans la maison ou dans la lumière réconfortante du soleil californien, Mike Mills orchestre avec doigté des conversations vivantes où tous défendent avec force leurs convictions.

Si les rebondissements se font rares, on discute ferme de musique, de courants artistiques, d’orgasme féminin ou de cycle menstruel, comme lors de cet amusant souper où Abbie force tous les convives à répéter le mot « menstruations ». Alors que le réalisateur esquisse des portraits d’êtres aussi imparfaits qu’attachants, il livre une irrésistible et douce-amère réflexion sur la féminité, la maternité et la sexualité.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

20th Century Women

★★★

États-Unis, 2016, 118 minutes. Drame de Mike Mills. Avec Annette Bening, Lucas Jade Zumann, Greta Gerwig, Elle Fanning et Billy Crudup.