Le CALQ poursuit sa quête de flexibilité

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a dévoilé lundi la deuxième phase de ses changements de fonctionnement. L’un des faits saillants est qu’à partir du mois de février, les organismes artistiques pourront s’inscrire en tout temps au programme de soutien aux projets. L’annonce survient un peu moins de six mois après que la même mesure a été consentie aux artistes. Ce faisant, le CALQ réitère son désir de faire primer la flexibilité et l’accessibilité dans sa poursuite de l’excellence.

« Les chantiers de réflexions qu’on a enclenchés en 2013 auprès des milieux artistiques ont selon moi donné des résultats très probants et très concrets, estime le président-directeur général du CALQ, Stéphan La Roche. Ça nous a permis d’adapter nos façons de voir et nos façons de faire […] On y va vraiment une étape à la fois puisqu’il s’agit de changements importants. Depuis le mois de mars, les artistes peuvent s’inscrire en tout temps au programme de soutien aux projets et, déjà, on constate que ça fonctionne extrêmement bien, tant de leur côté que du nôtre. Les gains d’efficacité sont énormes. Ça nous conforte pour la suite des choses. »

Outre l’inscription en tout temps des organismes artistiques pour le soutien aux projets, l’annonce de lundi contenait trois autres éléments notables. Primo, on mettra en place un nouveau programme territorial en avril 2016, lequel permettra au CALQ de se repositionner dans son action régionale en y allant de plus d’efficacité et de flexibilité, le maître mot. La circulation des oeuvres et la mobilité des artistes sont aussi dans la mire de ce programme.

Secundo, on lancera durant la même période un autre programme, de soutien aux projets de concertation et d’innovation celui-là, et ouvert à l’ensemble des organismes artistiques de la province. Le but : favoriser l’émergence de modèles inédits « en matière de gestion, de promotion, de production ou de diffusion des arts et des lettres ».


À bon entendeur…

Tertio, et on parle ici d’une reconfiguration plutôt que d’une nouveauté, on procédera à une révision du programme de soutien au fonctionnement pour tous les organismes artistiques. Qui plus est, on effectuera une évaluation globale pluriannuelle pour le soutien au fonctionnement. Il devrait en résulter un programme plus synchrone avec les besoins du milieu.

« Les prochains mois serviront à peaufiner ce nouveau programme avec des étapes de consultations et de validation avec les milieux artistiques. Le nouveau programme sera lancé à l’automne 2016, soit dans un an, et les organisations disposeront donc de plusieurs mois pour se préparer en vue de l’inscription globale pluriannuelle à partir du 1er février 2017 », précise-t-on au CALQ.

Stéphan La Roche, qui quittera ses fonctions de président-directeur général au mois d’octobre afin d’aller occuper celles de directeur général des Musées de la civilisation du Québec, se dit confiant quant aux retombées positives qu’engendrera cette refonte au long cours de la société d’État. À l’interne, tout est en place en vue de l’implantation des autres phases.

« Les milieux artistiques ont vraiment bien collaboré aux chantiers de réflexion et de notre côté, on a été attentifs. Je crois qu’ils vont sentir qu’ils ont été entendus », conclut Stéphan La Roche.