Cinéastes rebelles de la Grande Noirceur

Au Musée de la civilisation à Québec les 18 et 28 avril, Antitube présente deux soirées de projections sur le thème «Cinéastes rebelles à l'époque de la Grande Noirceur». Les films, des courts métrages, sont surtout québécois et indépendants, souvent rares, réalisés entre 1930 et 1960.

Seront présentés: La Femme image (1960) de Guy Borremans, longtemps interdit, poétique manifeste de cinéma, Ballet mécanique de Fernand Léger (1924), Hourra Léger! d'Omer Parent (1943), Printemps de René Bail (1958), La Vie d'Émile Lazo d'Omer Parent (1937-1938), donnant la vedette au peintre caricaturiste Robert LaPalme et au peintre Jean-Paul Lemieux.

Également, Mouvement perpétuel de Claude Jutra et Michel Brault (1949), Croquis d'Omer Parent (1952), Caprice en couleurs de Norman McLaren et Evelyn Lambart (1948), Very Nice Very Nice d'Arthur Lipsett (1961), Les Héritiers de Gilles Groulx (1955), Kronos de Denys Saint-Denis (1961), Le Pantin de Luc Chartier (1961), Les actualités filmées d'Omer Parent (1965).

Au menu aussi, Gross-Stadt Zigeuner du Hongrois Laszlo Moholy-Nagy (1932), Berliner Stilleben de l'Allemand Laszlo Moholy-Nagy (1931) et, du même cinéaste, Marseille vieux port (1931). Guy Borremans et Michel Brault, photographes et cinéastes emblématiques, viendront présenter leurs films et échanger avec le public.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.