«Le petit lieu»: David Lafrance invite à cultiver notre jardin

Vue de l’exposition «Le petit lieu» de David Lafrance
Photo: David Lafrance Vue de l’exposition «Le petit lieu» de David Lafrance

En visitant cette exposition, il ne faudra pas oublier de lire les titres des œuvres qui donnent le ton à l’ensemble, et qui, à eux seuls, incarnent déjà tout un monde de création. L’origine du monde côtoie Belle bute rose, pas très loin de L’entrée dans la forêt et du Concombre la nuit…. Cultiver son jardin semble ici s’annoncer comme question de plaisirs et de rêveries. Mais ce n’est que le début de l’expérience proposée.

Photo: David Lafrance David Lafrance, «L’origine du monde», 2021

Pour sa 4e expo chez Hugues Charbonneau depuis 2014, David Lafrance nous invite à explorer l’espace du jardin d’une manière poétique et sensorielle qui fera penser à Alice au pays des merveilles. Dans les tableaux de grand format, le cadrage et l’agrandissement des formes (gros concombres, belles courges, volumineux melons…) vous donneront le sentiment que vous êtes devenus tout petits et qu’il y a tout un monde gigantesque à découvrir. Les trois tabourets de différentes tailles, installés au milieu de la galerie, accentueront cet effet de perte d’échelle.

Du coup, certains légumes deviennent méconnaissables et à (re)découvrir. En réponse à la crise climatique et écologique que nous vivons, la nature semble un sujet d’une importance renouvelée pour les citoyens et les artistes. Voilà ce que semble nous rappeler Lafrance. En plus des huiles sur toile, le visiteur remarquera les dessins faits à l’encre de Chine qui donne des allures dramatiques et encore plus mystérieuses à cette nature revisitée.

Le petit lieu

De David Lafrance. À la galerie Hugues Charbonneau, 372, rue Sainte-Catherine Ouest, espace 308, jusqu’au 8 juillet.

À voir en vidéo