L’allégorie du buffle

Trevor Gould, «Talking to Death: An Allegory for Sculpture», 2018
Photo: Paul Litherland Trevor Gould, «Talking to Death: An Allegory for Sculpture», 2018

Au milieu de la grande salle du centre Clark repose, couché sur le côté, un taureau — il s’agit, en réalité, d’un buffle d’Afrique. Impossible de ne pas le voir : c’est du Trevor Gould tout craché.

Bien sûr, l’artiste montréalais actif depuis les années 1980 n’est pas le seul artiste à faire dans la sculpture animalière hyperréaliste et hyperprécise — pensez-y, un buffle d’Afrique ! Mais contrairement au Saskatchewanais Joe Fafard, Trevor Gould ne fait pas dans la simple représentation. Ou, pour être plus juste, son iconographie si réaliste n’est jamais livrée à elle-même.

L’exposition Talking to Death : An Allegory for Sculpture comporte son lot d’éléments, dont quelques aquarelles. Ça aussi, c’est du Gould tout craché. Complexes, avec de multiples pistes de lecture et de sous-entendus, ses projets sont empreints de commentaires politiques et de références historiques.

Il est l’artiste des contrastes et plus particulièrement des duels qui opposent culture et nature, Occident et Afrique, empires et colonies. Son buffle, s’il gît par terre, presque les pattes en l’air, c’est qu’il est victime de l’emprise d’un polygone aux motifs géométriques. Cette figure plane, fixée à l’un des sabots du bovidé, semble sortie directement d’une peinture.

La rencontre entre l’un et l’autre, entre le 3D et le 2D, entre le « représentant » africain et la « fabrication » d’une certaine élite intellectuelle, aura été fatale pour l’un d’eux. Les premiers mots du titre de l’expo, reproduits texto sur un des murs de Clark, ne laissent pas de doute : il est question ici de mort.

C’est une allégorie, certes, et comme souvent chez Gould, l’histoire de l’art est prise à partie. Le texte de présentation de Clark précise que l’artiste s’est laissé inspirer par une fresque allégorique du peintre rococo italien Giambattista Tiepolo, Apollo et les continents (1752-1753). Il y a peu de points communs entre les deux, si ce n’est que Trevor Gould a traduit à sa manière le rôle d’Europe, princesse tirée de la mythologie grecque à l’origine du concept d’un continent fort, conquérant et colonisateur.

Photo: Paul Litherland Lewis & Taggart, «Sculpture from the Block, Framework», 2018

Narrative sans l’être, cette « allégorie pour une sculpture » dénonce en subtilité les inégalités entre dominants et dominés. La juxtaposition entre le réalisme de l’animal et l’abstraction géométrique déterre sinon la guerre quelque peu dépassée entre art figuratif et non figuratif.

Dans ces aquarelles, Trevor Gould reconduit cette idée, notamment dans des compositions où des portraits d’hommes blancs, hommes de pouvoir, côtoient des motifs géométriques. À la mort (mais quelle mort, celle d’un courant politique, ou culturel ?), l’artiste semble opposer une incessante lutte, perceptible ici par la volonté de corrompre les systèmes, les symboles et toutes ces choses tenues pour acquises.

Duo de sculpteurs

Dans la petite salle, le centre Clark présente le travail du duo canadien formé de Chloe Lewis et Andrew Taggart. L’expo Sculpture from the Block serait leur première au Québec, sauf erreur. Actif depuis 2006, Lewis & Taggart — c’est sous ce nom-marque de commerce que les artistes s’affichent — propose ici une série de petites sculptures murales, nées de l’assemblage de matières trouvées et/ou détournées.

Petits objets en soi, fragiles par le fait même, les œuvres se situent à cheval entre l’objet de design et l’artefact artisanal. À la manière de ce que fait un autre duo de sculpteurs, Ibghy Lemmens, Lewis & Taggart puise dans le langage géométrique pour commenter les systèmes économique et mercantile.

Sculpture from the Block s’offre dans ce sens comme un beau complément à l’expo de Trevor Gould. Une sculpture telle que A Thousand Flowers, A Hundred Years exploite avec le même doigté l’histoire des styles et des courants. On y retrouve notamment du granit, du marbre, ainsi que des restes d’une affiche reproduisant une lithographie de Munch. C’est presque invisible, mais c’est latent, comme un passé qu’on ne pourra jamais renier.

Talking to Death : An Allegory for Sculpture

De Trevor Gould

Sculpture from the Block

De Lewis Taggart