Sur le radar: rallumer la première bibliothèque publique

L’installation «Percée de lumières» invite les gens à «rallumer» ce savoir perdu.
Photo: Caroline Rousseau L’installation «Percée de lumières» invite les gens à «rallumer» ce savoir perdu.
L’histoire de Montréal comme capitale politique a pris un coup avec un incendie criminel qui a ravagé le parlement et détruit tout ce qui s’y trouvait. Y compris sa bibliothèque. C’était en avril 1849, et des tensions politiques avaient attisé la colère des tories. L’événement citoyen Feu Feu Joli F. vise à faire renaître de leurs cendres les 14 000 documents qui ont fait de cette collection la première grande bibliothèque publique au pays. Et par-delà les livres, c’est à une renaissance de la mémoire collective que des artistes, historiens et anthropologues nous convient.

Sur le parvis de l’espace La Fontaine, l’installation Percée de lumières invite les gens à « rallumer » ce savoir perdu. Chacun choisit un titre, pose un geste et repart avec une carte mémoire, où sont archivés les ouvrages de droit, de géographie, d’histoire, de sciences naturelles, de littérature et de théologie conservés dans la bibliothèque. Feu Feu Joli F. inclut aussi un parcours urbain et des tables rondes, dont les dernières au menu se pencheront sur les « incidences culturelles » de l’incendie (29 avril, Monument-National) et sur les « dérives et opportunités de l’informatique » (6 mai, espace La Fontaine).

 

Feu Feu Joli F.

À l’espace La Fontaine, 3933, avenue du Parc-La Fontaine, et autres sites, jusqu’au 6 mai.