Les flâneurs

Illustration: Le Devoir

Odile Tremblay

Des bijoux de Michel Brault

Sur la plateforme Tënk Québec, quelques bijoux de Michel Brault à revoir pour la pertinence et la poésie. Son film de fiction le plus tendre (1967), collé aux mutations du Québec d’alors,Entre la mer et l’eau douce avec Claude Gauthier et Geneviève Bujold est un incontournable. Geneviève (1965), pas de deux entre les toutes jeunettes Geneviève Bujold et Louise Marleau, sur fond de carnaval de Québec et de premiers émois amoureux, vibre de sensibilité. Quant aux Enfants du néant(1968), documentaire abordant en Bretagne la crise des paysans étranglés par l’industrialisation, il demeure d’actualité.


Catherine Lalonde

Philo du clito

L’émission de radio Les chemins de la philosophie, par Adèle Van Reeth sur France Culture, a amorcé l’année avec une série sur le corps féminin. Le premier épisode, et seul (malheureusement !) disponible en libre écoute, porte sur la philosophie du clitoris, autour de la pensée de Catherine Malabou sur ledit organe et de son plus récent bouquin, Le plaisir effacé : clitoris et pensée (Rivages). En les écoutant jouer avec des idées reçues et nouvelles sur le sexe féminin et le plaisir, on se dit que le cerveau, oui, est aussi un grand organe de jouissance.


Louise-Maude Rioux Soucy

Chante-moi ta peine

Chansons pour le musée est un bijou de balado théâtral et musical qui nous entraîne dans la vie compliquée de Karine-pas-Sauvé, dont la peau est « brutalement devenue une maison vide » après l’éclatement de sa bulle familiale. On la suit au moment où elle a recours à l’aide d’un psy squelette pour chasser son chagrin. Réalisée par Navet Confit et interprétée par Karine Sauvé et Nicolas Letarte-Bersianik, cette série (aussi déclinée en disque) brille par son inventivité. Une perle qui plaira aux 7 à 77 ans, cadeau du Mois Multi et du Big Bang. En attendant le vrai show new wave, de l’autre côté de la pandémie.


François Lévesque 

Pour Zendaya

Après la première de son nouveau film, un jeune cinéaste et sa copine passent la soirée à se quereller, se réconcilier, puis s’entre-déchirer encore. Théâtral, répétitif et desservi par des monologues où on sent le réalisateur et scénariste Sam Levinson qui s’écoute écrire, ce huis clos noir et blanc propose une mise en scène à l’avenant, c’est-à-dire tape-à-l’œil. Pourquoi alors voir Malcolm & Marie ? Parce que l’actrice Zendaya (Euphoria) y est hallucinante. Un film qui suscite des réactions tranchées, puisqu’il a aussi d’ardents défenseurs malgré ses défauts. Sur Netflix.