Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Catherine Lalonde
Fabcaro pour les zygomatiques

Besoin de légèreté et d’un brin de gaieté ? Fabcaro rapplique en deux temps. Si son roman Broadway (Gallimard) déçoit — la recette est trop visible et manque plusieurs de ses effets —, la bédé Open Bar 2 (Pataquès) tombe juste. Cet opus fait pouffer d’un rire absurde, avec ses dessins minimaux, ses renversements de situation et son regard plus déjanté que cynique, très franco-français, posé sur les bobos de notre temps. Ils sont ici autant têtes de Turc que lecteurs cibles. Bon pour repulper les zygomatiques.


Odile Tremblay

L’enchantement de Quartom

L’album Rendez-vous du groupe québécois Quartom est un vrai délice. Les quatre chanteurs (ténors et barytons) entonnent ici a cappella un riche répertoire qui embrasse plusieurs siècles de chant vocal à travers le monde. Le poème de Ronsard Mignonne, allons voir si la rose mis en musique par Guillaume Costeley au XVIe siècle, le Die Nacht de Schubert et le O fortuna, tiré du Carmina Burana de Carl Orff, comptent parmi leurs meilleures harmonies.


Valérian Mazataud

Entre ciel et terre

Rebâtir le ciel, de Simon Émond et Michel Lemelin, propose une expérience artistique complète. Physique, à travers l’objet, journal noir et blanc à la conception graphique audacieuse. Visuelle, avec une série de photos où Émond pourchasse la lumière à travers la pénombre. Conceptuelle, avec une narration opposant les certitudes astronomiques du XVIe siècle et nos interrogations actuelles sur l’identité sexuelle et les genres, parallèle troublant que réaffirment des dizaines de témoi-gnages de personnes LGBTQ+.


Manon Dumais

Un passé pas si lointain

Il fut un temps où siroter un allongé en lisant dans un café, où flâner des heures dans un musée ou déambuler dans les rues d’une grande ville pour en admirer l’architecture étaient des activités auxquelles on s’adonnait sans songer au lendemain. C’est donc avec un bonheur teinté de nostalgie qu’on se plonge dans les chroniques de Café Vivre (Seuil). Avec sa plume élégante et sa grande érudition, Chantal Thomas nous y entraîne dans ses endroits favoris de Paris, New York, Buenos Aires… alors qu’elle réfléchit à notre rapport à la culture, à la littérature et à la philosophie au fil des siècles.