Une forêt poussera sur la place des Festivals cet été

Le Quartier des spectacles prépare actuellement un vaste espace vert sur la place des Festivals pour accueillir les Montréalais durant l’été.
Photo: Hubert Hayaud Le Devoir Le Quartier des spectacles prépare actuellement un vaste espace vert sur la place des Festivals pour accueillir les Montréalais durant l’été.

À défaut de festivals, c’est une forêt que l’administration du Quartier des spectacles a choisi d’ériger sur la place des Festivals, pour accueillir les Montréalais durant l’été.

Déjà cette semaine, des ouvriers s’affairaient à y installer des bacs destinés à accueillir les arbres.

« La place des Festivals va se transformer en forêt », explique la présidente du conseil d’administration du Quartier des spectacles, Monique Simard.

Dans ce nouvel espace vert, où des aires de repos seront installées, avec un environnement sonore qui évoque le monde sylvestre, les passants pourront profiter d’une série de performances artistiques surprise, allant du chant d’opéra à la musique d’orchestre, de la danse au cirque, en passant par la lecture de textes de littérature.

Déjà, à la fin de la semaine dernière, le comité organisateur avait reçu 29 propositions d’artistes pour meubler cet espace.

« On veut insister sur l’effet de surprise que cela aura sur les passants », poursuit Monique Simard.

Grand réaménagement

Par ailleurs, l’animation organisée par l’équipe du Quartier des spectacles se déploiera, à la demande de la mairesse Valérie Plante, sur un territoire beaucoup plus étendu qu’à l’accoutumée, partant de Sherbrooke jusqu’au fleuve, et de la rue Atwater à l’ouest jusqu’à Papineau à l’est. Et il y aura de l’animation sur toute cette superficie.

Les balançoires au nord de la Place des Arts seront réinstallées, mais en respectant la distanciation sociale, ainsi que le grand jeu d’échecs à l’angle des rues Sainte-Catherine et Jeanne-Mance.

Des restaurants de la rue Sainte-Catherine et de la rue Saint-Denis bénéficieront d’ailleurs de permis élargis qui leur permettront d’occuper davantage d’espace dans la rue, puisque la clientèle devra être restreinte à l’intérieur, poursuit Mme Simard.

Dans le Vieux-Montréal, des organismes comme le centre Phi ont déjà fait part de leur intérêt pour développer un projet particulier. La Ville de Montréal a également annoncé que le projet Montréal en histoires proposera des projections monumentales dans les installations de Cité en mémoire, et que Michel Lemieux et Victor Pilon présenteront leur projet La flamme, sur les murs du palais de justice depuis le 15 juin.

La semaine dernière, la Ville de Montréal annonçait qu’elle investirait 800 000 $ pour la production d’œuvres numériques, de balados, et d’installations artistiques éphémères pour animer, dès le 6 juillet, les voies actives et sécuritaires (VAS) prévues pour la circulation des Montréalais. Le Conseil des arts de Montréal annonçait pour sa part l’avènement du programme Quand l’art prend l’air, par lequel les artistes sont invités à animer les balcons, les cours extérieures, les stationnements privés et les vitrines des magasins, à l’aide d’un fonds de 500 000 $.

On sait aussi que la promenade des artistes accueillera une exposition sur la vie de Dany Laferrière à Montréal, à partir du 20 août. L’exposition, baptisée Un cœur nomade, se déploiera en sept tableaux distincts, et rappellera le parcours de l’écrivain, de son enfance à Petit-Goâve, en Haïti, jusqu’à l’Académie française, en passant par Montréal.

« Il a fallu travailler à la vitesse grand V », confirme Monique Simard, qui n’avait pas encore eu le temps de parcourir les projets déposés en début de semaine.

La programmation prévue au Quartier des spectacles sera vraisemblablement extérieure. Pour l’instant, il n’est en effet pas question d’ouvrir les salles de la Place des Arts. Impossible en effet de tenir un spectacle dans la salle Wilfrid-Pelletier par exemple, qui compte 3000 places, pour 50 personnes.

À voir en vidéo