Les flâneuses

Photo: Le Devoir
Valérie Duhaime

En souvenir d’Amadou
En 1999, Amadou Diallo, un immigrant guinéen, meurt sous les balles de la police alors qu’il se tient dans l’entrée de l’immeuble qu’il habite à New York. Les quatre policiers seront acquittés d’accusations de meurtre non prémédité. Cette histoire vous dit quelque chose ? Oui, elle s’est répétée des centaines de fois depuis, mais elle avait à l’époque fait l’objet d’une couverture médiatique intensive. La série documentaire Trial by Media observe l’effet des médias sur la perception populaire pour six procès à fort retentissement. Sur Netflix.


Odile Tremblay

La musique de Gilles Archambault
Bon an, mal an, chaque nouvel ouvrage de Gilles Archambault apporte une pierre nouvelle à son édifice intime, discret et lancinant aussi. Son dernier livre, Sourire en coin ou les ruses de l’autodérision, nous entraîne à nouveau dans son âge de la vie, où les souvenirs, les rencontres fortuites ou imaginaires, les bilans chargés de doutes se marient à son spleen. Petite musique touchante, discrète, d’un octogénaire qui saisit les lumières du couchant avec une finesse qui touche les lecteurs de toutes les générations par son humilité tissée de pudeur. « Je suis toujours étonné qu’on me lise », écrit-il.


Manon Dumais

Jaloux ?
La jalousie peut-elle être un moteur de création ? L’éprouve-t-on inévitablement ? Comment les réseaux sociaux l’exacerbent-ils ? Voilà en gros les pistes de réflexion que propose le « spécial jalousie » de la revue Zinc. En plus d’y dévoiler trois figures littéraires qui les rendent jaloux, Stéphanie Boulay, Nicolas Lévesque, Éléonore Goldberg et Rose-Aimée Automne T. Morin y apportent leurs réponses. S’y trouvent également des illustrations de Rebecca Chaperon, des entrevues avec Brandi Dixon et Mariève Maréchale et des récits explorant à fond la jalousie. Qui osera s’y reconnaître ?


Louise-Maude Rioux Soucy

Le monde à travers lui
Découvrir ou revisiter l’écrivain et journaliste Ta-Nehisi Coates ces jours-ci ne peut que raffermir l’idée que ce penseur américain, longtemps attaché à The Atlantic, allie une intelligence rare à une plume remarquable. Les superlatifs s’imposent pour qualifier cette voix juste et claire qui documente puissamment les racines de la douleur noire en Amérique dans l’admirable Une colère noire (Between the World and Me), douloureuse et brillante lettre à son fils, et sa percutante suite logique, Le grand combat (The Beautiful Struggle). Du grand, du fort, du beau pour mieux comprendre le présent.