Plateforme virtuelle proposée pour les artistes montréalais

La conseillère d’Ensemble Montréal Chantal Rossi
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La conseillère d’Ensemble Montréal Chantal Rossi

Les artistes montréalais ayant été durement touchés par la pandémie de COVID-19, l’opposition à l’Hôtel de Ville de Montréal propose que la Ville crée une plateforme virtuelle afin d’offrir une programmation culturelle l’an prochain et de permettre la diffusion de spectacles et d’événements en ligne.

Les événements culturels et sportifs ont été suspendus jusqu’au 31 août par le gouvernement de François Legault, et l’incertitude persiste quant à la suite des choses pour l’automne. Le réseau des maisons de la culture est lui aussi sur pause. Dans ce contexte, la conseillère d’Ensemble Montréal Chantal Rossi croit que la Ville devrait apporter sa contribution pour offrir une vitrine aux artistes locaux.

Dans une motion qui sera débattue à l’assemblée du conseil municipal du 25 mai, elle suggère que la Ville élabore une programmation culturelle commune pour les 19 arrondissements en vue de la saison automne-hiver 2020-2021 et qu’elle diffuse des événements sur une plateforme virtuelle. La formule des maisons de la culture serait donc appliquée au numérique avec un accès gratuit pour les spectateurs.

« Depuis le début du confinement, je trouve que les artistes sont très généreux d’offrir sur les réseaux sociaux des prestations gratuites. Mais à un moment donné, il faut qu’ils mangent. Montréal, métropole culturelle, ne peut pas se permettre de ne pas avoir de programmation culturelle », explique l’élue.

Elle avance que, si chaque arrondissement propose deux spectacles, la Ville pourra présenter une programmation automne-hiver de 38 spectacles ou événements culturels. « Il n’y a pas de coûts additionnels pour les arrondissements parce que c’est déjà à leurs budgets avec Accès Culture, soutient Mme Rossi. Je crois que ce serait une belle façon pour les citoyens de Montréal d’avoir une programmation culturelle et d’encourager nos artistes locaux. Montréal pourrait être à l’avant-garde avec ce projet. »

Depuis le début du confinement, je trouve que les artistes sont très généreux d’offrir sur les réseaux sociaux des prestations gratuites. Mais à un moment donné, il faut qu’ils mangent. Montréal, métropole culturelle, ne peut pas se permettre de ne pas avoir de programmation culturelle.

 

Plusieurs artistes ont déjà exprimé des réserves quant à un virage numérique qui ne convient pas à toutes les formes de langage artistique. Chantal Rossi estime toutefois qu’il y a là une occasion de travailler différemment dans le contexte particulier de la pandémie. « Je pense que c’est une occasion pour eux de créer autrement et d’aller plus loin dans leur création. La situation est temporaire. C’est vraiment un cas COVID-19 », dit-elle.

Le cabinet de la mairesse Valérie Plante n’a pas voulu commenter la motion de l’opposition. Laurence Houde-Roy, attachée de presse au comité exécutif, a cependant indiqué que l’administration travaillait déjà sur une stratégie avec les partenaires du milieu culturel afin d’aider directement les artistes et les organismes. Une somme de 500 000 $ a aussi été consentie pour aider les cinémas indépendants et les salles de spectacle alternatives, a-t-elle rappelé en ajoutant qu’un plan de relance des activités à Montréal serait annoncé sous peu : « La culture fera bien sûr partie intégrante de ce plan. »

À voir en vidéo