Une église patrimoniale ravagée par le feu en Haïti

Le monument historique avait fait l’objet de travaux d’urgence en 2018, pour colmater les importants trous de la toiture du dôme.
Photo: Thony Belizaire Archives Agence France-Presse Le monument historique avait fait l’objet de travaux d’urgence en 2018, pour colmater les importants trous de la toiture du dôme.

La chapelle royale de Milot, monument haïtien classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, a été ravagée par un incendie dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué le directeur de l’institut de sauvegarde du patrimoine national.

Le dôme de l’édifice, d’une trentaine de mètres de diamètre, s’est entièrement effondré lors de l’incendie, dont l’origine est encore inconnue.

« L’incendie a pris vers 3 h du matin, dans un bâtiment annexe, d’après ce que m’a dit quelqu’un qui était sur place », a dit Patrick Durandis, directeur de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national.

« On attendait les pompiers, qui étaient là, mais qui, malheureusement, n’ont pas pu intervenir pour des raisons diverses. […] Il nous est difficile d’avoir les idées claires pour intervenir convenablement sur ce bâtiment, d’autant que nous sommes happés ailleurs par l’épidémie de coronavirus », a-t-il précisé.

M. Durandis a dit ne pas savoir comment l’incendie s’est déclenché.

« Samedi et dimanche, il n’y avait pas d’électricité à Milot, donc je comprends fort mal que le dôme de l’église ait pris feu. On ne peut pas dire que ça soit un court-circuit : il faut que ça soit investigué », a-t-il déclaré. Il a précisé que le parc était fermé à cause de l’épidémie de coronavirus.

À vingt kilomètres au sud de Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays, la chapelle est située à l’entrée du grand parc historique de la citadelle Laferrière, classé depuis 1982 au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

« Étant donné qu’il s’agit d’un monument classé patrimoine de l’humanité, la restauration doit se faire à l’identique et les fonds ne sont pas disponibles, il n’y a pas de doutes là-dessus. Donc, je peux déjà vous dire que l’on va beaucoup ramer pour pouvoir refaire le monument tel qu’il était », s’est inquiété Patrick Durandis.

La chapelle royale de Milot a été construite entre 1810 et 1813 sur décision de Henri Christophe, héros de la guerre d’indépendance d’Haïti, autoproclamé roi Henri Ier en 1811.

Restauré une première fois dans les années 1930, le monument historique avait fait l’objet de travaux d’urgence en 2018, pour colmater les importants trous de la toiture du dôme.