«Scotch Soda»: nouba à l’australienne

En jupe écossaise, un des artistes de «Scotch & Soda» tourbillonne sur des béquilles.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir En jupe écossaise, un des artistes de «Scotch & Soda» tourbillonne sur des béquilles.

Lancée sur la piste au son du swing et du jazz, la troupe australienne C2 métamorphose la petite salle du Saint-Denis en joyeuse nouba, avec ses rythmes enlevants et son enthousiasme contagieux. Un heureux cocktail que ce Scotch Soda, résolument plus whisky que soda.

Le mariage sur scène des acrobates australiens avec les musiciens de The Uncanny Carnival Band de Sydney donne d’emblée un ton espiègle à cette production, inspirée des cirques ambulants portés par un flot ininterrompu de numéros et par la musique.

Sur scène, rien de compliqué. Des caisses de transport, un vague rideau aux allures de chapiteau, une guirlande d’ampoules et une table suffisent à donner l’impression qu’une troupe de gitans a posé ses malles en ville, le temps d’une fiesta.

La fête démarre sur les chapeaux de roue par des équilibres menés sur le goulot de bouteilles de champagne et des ombrelles culbutant sur le bout des pieds. En jupe écossaise, un des artistes tourbillonne sur des béquilles, alors que d’autres vrillent au-dessus de la scène au trapèze ou à la corde lisse. Soudés comme un clan, ces artistes australiens parsèment le tout de pointes d’humour qui contaminent rapidement le public. Le dialogue constant entre la musique et le cirque, assaisonné de solos de ukulélé, de trombone, de saxophone ou de clarinette, achève de chauffer la salle à bloc jusqu’au moment de l’entracte.

Cirque qui jazze ou jazz intégrant le cirque ? En fait, la rencontre des deux troupes réussit la fusion des deux disciplines, en mêlant les prouesses physiques aux envolées musicales, notamment lors d’un solo de batterie pour le moins décoiffant, mené en jonglant avec des baguettes.

La même symbiose transpire des numéros dansants, où un couple enlacé transforme le swing en performance de main à main de haut vol, ou lors d’une virée sur un vélo acrobatique où s’entassent artistes et musiciens.

Propulsés sur la planche coréenne, au bout de sangles aériennes ou portés à bout de bras par leurs collègues, ces artistes australiens montrent avant tout une franche complicité qui instille à ce remontant circo-musical une énergie peu commune.

Si la plupart des performances reprennent des numéros classiques qui ne rebrassent en rien les codes du cirque, le tandem australien réussit à injecter sa touche personnelle, savamment rebelle, grâce à une mise en scène bien huilée et un humour mutin. Une prestation faite sur mesure pour conquérir les non-initiés, tout comme les habitués de la piste. Un bel exemple de la vitalité qui règne sur la planète cirque de l’autre côté du globe.

Scotch & Soda

Présenté par C2 jusqu’au 21 juillet au Théâtre Saint-Denis.