Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Illustration: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Caroline Montpetit
 

Chants d’un Québec lointain
On connaît l’Abénaquise Alanis Obomsawin comme cinéaste. On sait moins qu’elle a d’abord fait carrière comme chanteuse. Le disque Bush Lady, qu’elle avait enregistré en 1985, vient d’être rematricé en CD. Elle y chante en abénaquis, en anglais et en français. Son chant plonge à la fois dans les légendes abénaquises et dans leur histoire douloureuse. La chanson-titre, Bush Lady, fait référence aux femmes autochtones qui perdaient leur statut d’Indienne lorsqu’elles épousaient un Blanc. La chanson Théo raconte pour sa part comment les Anglais ont pillé et brûlé Odanak, en 1759. Une véritable pièce de collection. À conserver précieusement.


Philippe Papineau
 

Tintin à Chicoutimi
Le hall d’entrée et plusieurs salles de La Pulperie de Chicoutimi portent depuis une semaine les couleurs de Tintin, le populaire personnage du bédéiste Hergé. Le complexe culturel et touristique propose jusqu’au 25 novembre la très belle exposition Le monde de Tintin, qui n’est pas la même que celle qui a récemment pris place au Musée de la civilisation à Québec, même si elle a été conçue par la même équipe. Avec ses grands appliqués muraux, une projection vidéo et des planches en bonne quantité, la visite offre une belle plongée dans la création de ces mythiques bédés.


Valérie Duhaime
 

Monde, voici Tierra Whack
La rappeuse de Philadelphie Tierra Whack n’a pas raté son entrée le mois dernier quand elle a fait paraître un album ovni intitulé Whack World. Quinze chansons d’une minute, ayant toute un univers différent et une sonorité propre. Étrangement, l’ensemble est cohérent, s’écoute comme on raconte un rêve. L’album est accompagné d’une vidéo de 15 minutes, conçue et réalisée par Thibaut Duverneix et Mathieu Léger du studio montréalais Gentilhomme. Ils y exploitent 15 saynètes colorées, mettant en vedette une Tierra Whack métamorphosée à chaque plan. À regarder 2, 10 ou 100 fois.


Alexandre Shields
 

Quand Sherbrooke résonne
La ville a longtemps été tranquille, voire ennuyante. Mais Sherbrooke a trouvé de nouveaux repères pour animer son centre-ville historique, qui s’articule autour de la mythique rue Wellington. Et le festival Sherblues Folk fait partie de cette belle renaissance. Du 4 au 7 juillet, on pourra s’y attaquer à du blues pur jus, notamment avec l’éternel Bryan Lee, ou encore Jim Zeller et Carl Tremblay. Mais en 40 spectacles, on ratisse large pour attirer les foules, avec IAM, Xavier Rudd, Matt Holubowski et Yann Perreau, entre autres.