Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine
Photo: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine

Odile
Tremblay

Reflets de lumière

Je suis tombée en librairie sur La leçon de Rosalinde de Mustapha Fahmi, essai publié aux Éditions de La Peuplade. L’auteur, grand shakespearien, enseigne la littérature anglaise à l’Université du Québec à Chicoutimi. Et ses réflexions inspirées, l’étendue de ses références culturelles, la pénétration de son esprit mêlées à une simplicité de ton et à une éthique de vie m’ont fait ronronner de bonheur. Il m’a semblé investir au sens le plus noble du terme la profession d’enseignant, comme oeuvre de transmission et d’humanisme. Délicieux aussi sont ses aphorismes en clins d’oeil : « Ce que nous voyons dans les yeux des autres n’est que le reflet de notre lumière. Ou de notre ombre », écrit-il.


Stéphane
Baillargeon

Les pieds presque dans l'eau

C’est un des endroits les plus magiques de l’été à Montréal, près dufleuve, à l’ombre du pont Jacques-Cartier, avec du sable, des cabanes de plage, des jeux pour enfants, des terrains de pétanque, un bar, une cantine, un coin lecture, des animations originales à profusion et même une station astronomique. Le village Au Pied-du-Courant, coloré et communautaire, vient de rouvrir pour une 5e saison estivale, avec de nouveaux aménagements et installations des architectes, designers et artistes liés à La Pépinière, merveilleuse machine à fabriquer de l’espace ludique et participatif.


Amélie
Gaudreau

L’amour, la patrie et le reste

The Americans, magnifique série de la chaîne câblée FX qui entremêle le drame conjugal (et familial) et le suspense d’espionnage, a pris fin le 30 mai. Cette histoire d’amour, d’amitiés et de trahisons autour d’un couple d’espions soviétiques (les formidable Keri Russell et Matthew Rhys) pleinement intégrés à la société américaine et très actifs professionnellement pendant l’ère Reagan a été encensée par la critique, mais n’a pas encore été récompensée à sa juste valeur (on lui souhaite quelques Emmys en septembre). Cette œuvre subtile et patiente déclinée en six saisons mérite amplement le détour.


Diane
Précourt

Bons baisers de Charlevoix

Entre les séjours, au XIXe siècle, du président des États-Unis William Howard Taft et l’accueil des dirigeants du G7 à La Malbaie ce week-end, un riche passé de villégiature se dessine dans le décor charlevoisien de mer et de montagne. Les premiers vacanciers venaient y « prendre les eaux » et se ressourcer dans ce vaste bol d’air pur, fuyant (déjà !) la pollution citadine et l’épidémie de choléra de 1832. Plusieurs y sont maintes fois retournés, d’autres s’y sont installés. Le livre Charlevoix, une tradition d’accueil, de François Tremblay, David Mendel et Judy Bross, véritable décharge de mémoire, dévoile, notamment par l’architecture, quelques petits et grands secrets de cette région unique.