Les oeuvres de Balkrishna Doshi, prix Pritzker, en photos

Le prix Pritzker, récompense d’architecture la plus prestigieuse au monde, a été attribué mercredi à Balkrishna Doshi. À 90 ans, Doshi devient le lauréat le plus âgé et le premier Indien à l’emporter. Disciple de l’architecte français Le Corbusier, Doshi s’est illustré par son architecture moderniste, qui tranchait avec une Inde encore très traditionaliste. Il est aussi connu pour son engagement pour une architecture durable et pour des logements peu coûteux. Voici des photos de quelques-unes de ses œuvres.

1 Institut indien de gestion de Bangalore, Bangalore, Inde, 1947-1992. | Inspiré par les villes et les temples indiens traditionnels semblables à des labyrinthes, l’Institut indien de gestion de Bangalore est organisé en bâtiments, cours et galeries imbriqués les uns dans les autres. Il fournit également une variété d’espaces protégés de la chaleur, et sème de la verdure à travers des corridors semi-ouverts et des jardins. Sur la photo: les cours intérieures. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
2 Institut indien de gestion de Bangalore, Bangalore, Inde, 1947-1992. | «J’ai voulu développer un système par lequel les bâtiments de l’Institut indien de gestion de Bangalore disparaissent et les espaces entre eux dominent l’expérience du lieu... Je pensais que les choses les plus importantes étaient le rasa, qui est l’expérience subtile de l’espace qui le rend mémorable. Elle prolonge les associations et enrichit l’imaginaire.» Sur la photo: vue sur la bibliothèque depuis un couloir semi-ouvert. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
3 Institut d’indologie, Ahmedabad, Inde, 1962. | L’Institut d’indologie a été conçu pour abriter des manuscrits anciens, un centre de recherche et possiblement un musée. « Tous les éléments que l’on trouve dans les bâtiments indiens sont présents [ici]. J’avais étudié un Jain upashraya, une maison pour les moines, avant de le concevoir. J’avais aussi rencontré plusieurs saints de Jain dans la ville pour comprendre l’architecture traditionnelle de ce type de bâtiment. » Ici, les deux étages du bâtiment, le haut socle et la véranda pleine longueur, sont tous des éléments des bâtiments indiens traditionnels. Sur la photo: vue sur la façade nord et l’entrée. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
4 Le studio d’architecture Sangath, Ahmedabad, Inde, 1980. | «Sangath fusionne des images et des associations de styles de vie indiens. Les souvenirs des lieux visités s’entrechoquent, évoquant et reliant des épisodes oubliés. Sangath est une école en cours où l’on apprend, désapprend et réapprend. Il est devenu un sanctuaire de la culture, de l’art et du développement durable où l’accent est mis sur la recherche, les installations institutionnelles et la durabilité maximale.» Sur la photo: Sangath avec ses marches d’amphithéâtre couvertes de verdure de l’amphithéâtre menant à l’entrée. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
5 Maison Kamala, Ahmedabad, Inde, 1963. | Inspirée à la fois des conceptions occidentales et orientales, la maison Kamala porte le nom de l’épouse de Doshi, et est la résidence personnelle de l’architecte. Doshi s’appuie sur une approche durable et économique. La lumière naturelle est maximisée et ruisselle partout, tandis que les parois de la cavité piègent et minimisent la chaleur. Sur la photo: le sous-sol percé par la lumière du matin. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
6 Maison Kamala, Ahmedabad, Inde, 1963. | En plus des quatre salles distinctes — salle de dessin, salle à manger, cuisine, chambre à coucher —, la maison d’un étage et demi comprend une annexe (construite en 1986), visible ici en fin de soirée. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
7 Centre de planification environnementale et de technologie (CPET), Ahmedabad, Inde, 1966-2012. | «Le campus du CPET est devenu à la fois un petit campus et une grande maison, sensibilisant tout le monde à son rôle. L’apprentissage se produit simultanément et nos réponses façonnent nos vies.» Abritant initialement seulement l’École d’architecture (1966), le campus s’est élargi pour inclure l’École de planification (1970), le Centre des arts visuels (1978), l’École des sciences du bâtiment et de technologie (1982), l’École de design d’intérieur (1982), le Centre Kanoria pour les arts (1984) et une galerie d’exposition (2012). Sur la photo: la lumière naturelle remplit l’espace d’un studio à l’École d’architecture. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
8 Centre de planification environnementale et de technologie (CPET), Ahmedabad, Inde, 1966-2012. | Doshi brouille les définitions de l’intérieur et de l’extérieur, créant des espaces ouverts couverts qui unissent harmonieusement les deux. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
9 Centre de planification environnementale et de technologie (CPET), Ahmedabad, Inde, 1966-2012. | Une entrée en forme d’entonnoir est conçue pour diriger la brise à travers le bâtiment. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
10 Centre de planification environnementale et de technologie (CPET), Ahmedabad, Inde, 1966-2012. | Quelques espaces d’échanges situés sous les studios. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
11 Les maisons à prix modique Aranya, Indore, Inde, 1989. | «Ce ne sont pas que des maisons, mais un environnement où vit une communauté heureuse. C’est ce qui compte au final.» Le complexe d’habitations à prix modique Aranya accueille plus de 80 000 personnes à travers un système de maisons, de cours et un labyrinthe de chemins internes. La communauté comprend plus de 6500 résidences, réparties en six secteurs, chacun offrant une gamme d’options de logements, allant des modestes appartements d’une pièce aux maisons spacieuses, pour accommoder divers revenus. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
12 Amdavad Ni Gufa, Ahmedabad, Inde, 1994. | Amdavad Ni Gufa a été conçu pour démontrer la collaboration entre un artiste et un architecte. Une galerie souterraine abritant les œuvres de l’artiste Maqbool Fida Husain, le design de Doshi a été inspiré par une discussion entre les deux qui a eu lieu trente ans avant le projet. Il s’agissait d’une réponse au climat, et les avantages des espaces sous terre. En arrimant le paysage à l’entrée, l’architecte relie le bâtiment au monde qui l’entoure. Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation
13 Amdavad Ni Gufa, Ahmedabad, Inde, 1994. | «Amdavad Ni Gufa, conçu comme une galerie d’art, s’est transformé, est devenu un organisme vivant et un centre socioculturel en raison de sa combinaison inhabituelle de conception assistée par ordinateur, l’utilisation de formes de ferrociment mobiles et l’artisanat par des artisans locaux qui utilisent des déchets.» Courtoisie / The Pritzker Architecture Prize / Vastushilpa Foundation