La Fête de la musique en France - Le Québec a pris la Bastille... et pourrait recommencer l'an prochain

Pierre Lapointe a demandé au bon millier de spectateurs présents sur le boulevard Richard-Lenoir, à Paris, de crier pour qu'on les «entende jusqu'à Montréal» tandis que Yann Perreau y est allé d'un «Vive la musique du Québec libre!»

Paris — Faut-il y voir une revanche de l'histoire? Les Québécois ont finalement pris la Bastille hier le temps d'une soirée. À l'occasion de la Fête de la musique, célébrée dans toute la France, la célèbre place parisienne avait des airs de Saint-Jean-Baptiste alors que plusieurs centaines de spectateurs et de badauds agitaient des fleurdelisés dans les vapeurs de merguez.

La soirée, qui soulignait les 50 ans de la délégation générale du Québec en France, a commencé lentement avec quelques mots de l'animatrice Monique Giroux et le groupe Alfa Rococo, à qui l'on avait confié la difficile tâche de chauffer la foule. C'est vers 21h que la température s'est élevée, alors que Pierre Lapointe a demandé au bon millier de personnes qui se massaient sur le boulevard Richard-Lenoir de crier pour qu'on les «entende jusqu'à Montréal». Yann Perreau y est allé d'un «Vive la musique du Québec libre!».

Ariane Moffatt, particulièrement à l'aise, a chanté quelques-uns de ses succès alors que Marie-Jo Thério a offert à un public conquis une belle interprétation country du succès de Diane Dufresne L'homme de ma vie. Les artistes s'étaient séparé quelques «classiques» québécois souvent connus en France. Ariane Moffatt a chanté Le Tour de l'île de Félix Leclerc avec Louis-Jean Cormier, du groupe Karkwa, qui accompagnait les chanteurs et a terminé la soirée. Pierre Lapointe a ravi le public en interprétant Les uns contre les autres de Luc Plamondon, alors que Yann Perreau l'a réveillé avec 1990 de Jean Leloup.

Le Français Grand Corps Malade est monté sur scène pour chanter À Montréal en duo avec Yann Perreau. Mais la palme des applaudissements revient probablement à Pierre Lapointe avec le très beau Deux par deux rassemblés.

Pendant ce temps, le carré VIP accueillait le candidat à la primaire socialiste François Hollande, qui y a passé une bonne demi-heure à discuter du Québec. Les ministres québécoises des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, et de la Culture, Christine St-Pierre, assistaient au spectacle. Cette dernière a souligné que ces artistes avaient «à coeur le français» et voulaient faire sa promotion «partout sur la planète».

Véritable amoureux du Québec, le maire socialiste du 11e arrondissement, Patrick Bloche, a passé une partie de la soirée sur place et offert à la délégation du Québec de revenir l'an prochain. Une invitation que le délégué général, Michel Robitaille, était bien tenté d'accepter.

***

Correspondant du Devoir à Paris
6 commentaires
  • JAMAIS UN QUeBEC PAYS - Inscrit 22 juin 2011 09 h 18

    Combien tout cela nous a couté?

    N'aurions nous pas mieux fait de mettre ces argent dans nos infrastructures routier?

  • camelot - Inscrit 22 juin 2011 11 h 44

    Technique faible

    Il y avait trop de temps morts à cause du démontage et remontage de l'équipement sonore. Il aurait fallu un plateau tournant. Mais le spectacle en valait la peine. Les Parisiens ont été très chaleureux.

    C'est un excellent investissement qui devrait être bonifié la prochaine fois.

    Vive le Québec libre !

  • Pierre Marcotte - Inscrit 22 juin 2011 12 h 20

    La culture n'a pas de prix

    Le prix d'un concert, un soir, avec des artistes québécois, coûtera toujours moins cher qu'un premier ministre qui donne le Québec aux intérêts étrangers.

    Bravo à Arianne, Pierre, Yann et Louis-Jean !

    Notre langue mérite d'être chantée !

  • Pascal Laflamme - Inscrit 22 juin 2011 12 h 54

    Merci aux artistes !

    Que ce soit par le Cirque du Soleil, Céline à Las Vegas, Robert Lepage au MET, ou encore les artistes présents à cette fête de la musique en France, tout rayonnement du Québec par ses artistes est souhaitable et accueilli avec un large sourire de fierté.