Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Coupe Rogers: le Canadien Denis Shapovalov bat Rafael Nadal en trois manches

    La 143e raquette mondiale a causé une gigantesque surprise en éliminant le favori du tournoi

    11 août 2017 |Michel Lamarche - La Presse canadienne | Tennis
    Denis Shapovalov a causé la surprise jeudi soir en vainquant Rafael Nadal à la Coupe Rogers.
    Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Denis Shapovalov a causé la surprise jeudi soir en vainquant Rafael Nadal à la Coupe Rogers.

    Grâce à une extraordinaire démonstration de talent et de détermination, le Canadien Denis Shapovalov a causé une gigantesque surprise alors qu’il a éliminé le favori de la Coupe Rogers, l’Espagnol Rafael Nadal, en trois manches de 3-6, 6-4, 7-6 (4), au terme d’un spectaculaire duel de 2 h 46 minutes, jeudi soir sur le court central du Stade Uniprix.

    Soutenu par un public qui n’a jamais cessé de l’appuyer et qui semble l’avoir adopté au point de prononcer son prénom à la française, Shapovalov n’a montré absolument aucun complexe face à une légende vivante du tennis masculin.

    En maintes occasions, Shapovalov a affiché le cran insoupçonné d’un blanc-bec de 18 ans, classé 143e au monde et qui ne disputait que son 13e match chez les professionnels contre un adversaire qui a collectionné 15 titres du Grand Chelem.

    Ce cran, il l’a démontré au deuxième set, quand il a brisé le service de Nadal dès le deuxième jeu, après avoir perdu de façon crève-coeur la première manche.

    Puissance, audace et ténacité

    Il l’a montré encore plus lors d’un spectaculaire jeu de 14 minutes 30 secondes au troisième set, marqué par dix scores de 40-40, et que Shapovalov a arraché pour se donner une avance de 2-1 dans la manche, non sans sauver trois balles de bris au passage.

    Et il l’a étalé en toutes sortes d’autres circonstances grâce à de puissants services, certains étant chronométrés à près de 215 km/h, et à l’aide d’audacieux coups gagnants près des lignes, venant autant du coup droit que du revers, qui l’ont aidé à inscrire 49 coups gagnants contre seulement 18 pour Nadal. Il a également réussi neuf as.

    Sa ténacité et son acharnement lui ont rapporté lors du bris d’égalité alors qu’il a comblé un recul de 0-3. Shapovalov a mis fin au match avec un coup droit en parallèle avant de se laisser choir sur le dos.

    Shapovalov se mesurera maintenant au Français Adrian Mannarino. Tombeur du Canadien Milos Raonic mercredi soir, Mannarino a continué son parcours avec un gain en deux manches identiques de 6-3 face à Hyeon Chung, un Sud-Coréen de 21 ans.


    Federer poursuit son chemin

    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Roger Federer

    Le Suisse Roger Federer a mérité sa place en quarts de finale du volet masculin de la Coupe Rogers jeudi après-midi après avoir pris la mesure de l’Espagnol David Ferrer en trois manches de 4-6, 6-4, 6-2.

     

    Erratique par moments, surtout dans la première moitié de l’affrontement, Federer est néanmoins parvenu à arracher une 17e victoire en autant de duels contre Ferrer. Selon les données que possède l’ATP, la seule dominance semblable au tennis masculin appartient au Tchèque Ivan Lendl, qui a battu l’Américain Tim Mayotte 17 fois en autant de rendez-vous entre 1980 et 1990.

     

    Mais lors des quatre premiers jeux du set initial, on avait l’impression que Ferrer était celui qui présentait une fiche immaculée contre Federer plutôt que l’inverse.

     

    À ses deux premières sorties au service, Ferrer n’a alloué qu’un point, pendant qu’il se donnait sept chances de bris lors deux premières tentatives de son illustre rival. La septième s’est avérée la bonne, quand Federer a envoyé dans le filet une balle que l’Espagnol lui avait retournée à ses pieds, sur la ligne de fond.

     

    Dès lors, Federer, qui a réussi 12 as, a commencé à mieux servir et à menacer le service de son rival. Il a ramené le match à service égal lors du neuvième jeu avant de voir Ferrer lui ravir la première manche à la suite de trois erreurs d’affilée de la deuxième tête de série lors du jeu subséquent.

     

    Federer a amorcé la deuxième manche avec un bris, mais a perdu cet avantage au quatrième jeu à la suite d’une double faute — sa quatrième à ce point de l’affrontement. Aidé par un brillant retour de service, Federer a récupéré ce bris au cinquième jeu et est parvenu à le protéger pour clore le set après 35 minutes, grâce à un superbe coup droit en parallèle.

     

    Tout comme lors de la deuxième manche, Federer a brisé d’entrée de jeu au troisième set et a su résister aux vaillantes attaques du coriace Espagnol pour prolonger sa séquence de succès contre Ferrer, au bout de 1 heure 56 minutes d’efforts.

     

    Bautista Agut bat Monfils

     

    En quarts de finale vendredi, Federer livrera bataille à un autre Espagnol, Roberto Bautista Agut, qui a vaincu le Français Gaël Monfils 4-6, 7-6 (5), 7-6 (2) au terme d’un duel acharné de 2 heures 56 minutes, le plus long à ce jour depuis le début du tournoi.

     

    Moins de 24 heures après avoir eu besoin de 2 h 41 minutes, en plein soleil, pour éliminer le Japonais Kei Nishikori, Monfils semblait pourtant se diriger vers une victoire hâtive. Beaucoup moins erratique que son rival, il ne lui a fallu que 39 minutes pour boucler la première manche face à la 12e tête de série, avant de se donner une avance de 3-1 au deuxième set.

     

    Zverev bat Kyrgios

     

    L’Allemand Alexander Zverev s’est taillé une place en quarts de finale du volet masculin de la Coupe Rogers grâce à une victoire en deux manches face à l’Australien Nick Kyrgios, 6-4, 6-3, jeudi soir sur le court central du Stade Uniprix.

     

    Dans ce duel entre deux jeunes joueurs susceptibles de devenir, un jour, des numéros un mondiaux, Zverev, quatrième tête de série, s’est montré intraitable, face à un adversaire qui avait livré deux solides performances pour atteindre les huitièmes de finale.

     

    Après avoir été contraint de disputer un marathon de 2 h 31 minutes contre le vétéran français Richard Gasquet mercredi soir, lors duquel il a même dû sauver trois balles de match, l’Allemand de 20 ans n’a eu besoin que de 71 minutes pour accéder au tour suivant.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.