Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Enquête pour corruption contre le président du PSG

    13 octobre 2017 |Graham Dunbar - Associated Press | Soccer
    Le président qatari du Paris Saint-Germain, Nasser al-Khelaïfi (au centre)
    Photo: Valery Hache Agence France-Presse Le président qatari du Paris Saint-Germain, Nasser al-Khelaïfi (au centre)

    Genève, Suisse — Le président qatari du Paris Saint-Germain, l’un des clubs les plus prestigieux d’Europe, fait l’objet d’une enquête de la part de procureurs suisses pour corruption d’un haut dirigeant de la FIFA afin d’obtenir les droits de télédiffusion de la Coupe du monde.

     

    Les procédures criminelles à l’endroit de Nasser al-Khelaïfi, également chef de la direction du groupe médiatique BeIN, de l’ex-secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke et d’un homme d’affaires non identifié ont été divulguées jeudi par les autorités suisses, mais lancées en mars dernier. Elles découlent d’une enquête touchant de façon plus générale la FIFA, qui a également mené à des accusations criminelles contre Valcke en mars 2016.

     

    Cette enquête touche particulièrement l’octroi des droits de télédiffusion des quatre prochaines Coupes du monde, de 2018 à 2030.

     

    Ces procédures à l’endroit d’al-Khelaïfi constituent l’un des premiers liens directs avec le Qatar, malgré les importantes enquêtes lancées en Suisse, aux États-Unis et en France contre la FIFA relativement aux candidatures des Coupes du monde de 2018 et 2022, qui seront organisées par la Russie et le Qatar.

     

    La PSG a refusé d’émettre tout commentaire.

     

    Aucun suspect n’a été détenu jeudi, ont déclaré les procureurs suisses, dont l’enquête sur la FIFA et le blanchiment d’argent lié aux mises en candidature des Mondiaux remonte à novembre 2014.

     

    Al-Khelaïfi aurait offert des « avantages indus » à Valcke, secrétaire général de la FIFA de 2007 jusqu’à son congédiement en janvier 2016, pour l’obtention des droits pour certains pays en vue des Mondiaux 2026 et 2030.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.