Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    René Fasel dit avoir besoin des joueurs de la LNH aux Jeux de Pékin

    5 janvier 2018 | John Chidley-Hill - La Presse canadienne à Buffalo | Hockey
    Le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, René Fasel
    Photo: Gerry Broome Associated Press Le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, René Fasel

    La poussière est retombée sur la décision de la Ligue nationale de hockey de ne pas envoyer ses patineurs aux prochains Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang, en février. Maintenant, le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), René Fasel, a lancé sa campagne de lobbyisme afin que les meilleurs hockeyeurs au monde soient des Jeux olympiques d’hiver de 2022, à Pékin.

     

    « De voir s’affronter les meilleurs aux Olympiques, à Pékin, c’est la mission que je me suis donnée. Je veux que ça se produise. Le problème est l’argent, a déclaré Fasel jeudi, au cours d’une conférence de presse en marge du Championnat mondial de hockey junior à Buffalo

     

    « Je dois le faire. Je n’ai pas le choix. Pour les amateurs de hockey, pour notre sport, je dois le faire. Nous devons trouver l’argent, peu importe la façon. »

     

    Fasel croit que cet enjeu sera décidé lors du renouvellement de la convention collective entre l’Association des joueurs et la LNH. La convention collective de la LNH vient à échéance en 2022, mais elle peut être renégociée en 2020. Les deux parties doivent se rencontrer en septembre 2020.

     

    « La réponse se trouve là. À quel point l’Association des joueurs mettra-t-elle de la pression ? a demandé Fasel. À la fin, c’est une question pour ces deux parties. Les résultats de leurs discussions décideront de la participation [des joueurs de la LNH] aux Jeux olympiques de 2022. »

     

    Fasel a ajouté qu’au final, c’est aux joueurs de la LNH de se battre pour participer aux JO. « La solution est entre leurs mains. Parce que, sans les joueurs, que peut-on faire ? S’ils veulent venir aux Jeux, ils doivent le dire. »

     

    Deux enjeux

     

    Le directeur exécutif de l’AJLNH, Don Fehr, devait assister aux deux demi-finales du Mondial junior jeudi. Bien que Fasel prévît de discuter avec Fehr pendant ces deux matchs, il a affirmé que ce genre de rencontres informelles est rarement productif.

     

    « [Le commissaire de la LNH] Gary Bettman, Don Fehr : ces gars ne discutent pas des négociations s’ils n’ont pas leur équipe avec eux, a noté Fasel. Je ne peux pas parler avec Don sans que Gary soit présent. Parfois, c’est intéressant entre ces deux parties. »

     

    Il y a deux enjeux principaux dans ce dossier.

     

    Premièrement, les coûts d’assurances et de transport pour les équipes nationales, que Fasel estime à environ 15 millions $US. Deuxièmement, la perte de revenus des ligues professionnelles qui prêteront leurs joueurs.

     

    « Les ligues en Europe — en Suède, en Finlande, en République tchèque, en Russie — doivent cesser leurs activités. Arrêter les activités d’une ligue n’est jamais facile, a reconnu Fasel. Pouvez-vous imaginer ce que c’est pour la LNH ? Peut-être que certaines personnes au sein du Comité international olympique ne comprennent pas ce que ça signifie, stopper temporairement une ligue, surtout la LNH. Peut-être qu’elles s’en foutent ? »

     

    Si la LNH n’est pas capable d’inclure la participation de ses joueurs dans sa prochaine convention collective, Fasel a suggéré que l’IIHF tente d’envoyer les meilleurs joueurs de moins de 23 ans, comme le fait le football aux Jeux d’été.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.