Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Envoyé dans la ligue américaine, McCarron n’a pas envie de s’y éterniser

    7 octobre 2017 | Michel Lamarche - La Presse canadienne à Laval | Hockey
    Le défenseur Michael McCarron lors d’un match opposant le tricolore aux Flames de Calgary, en mars dernier
    Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne Le défenseur Michael McCarron lors d’un match opposant le tricolore aux Flames de Calgary, en mars dernier

    Michael McCarron amorcera vendredi soir une saison cruciale pour le développement de sa carrière. Il le sait, et il est le premier à l’admettre.

     

    Alors que la direction du Canadien de Montréal espérait sans doute le voir s’imposer par sa présence physique, McCarron a plutôt joué de façon timide pendant le calendrier préparatoire. Du coup, il se prépare maintenant pour un troisième séjour dans la Ligue américaine, cette fois avec le Rocket de Laval.

     

    Et bien qu’il ait aimé ce qu’il a vu jusqu’à maintenant de son nouveau port d’attache, McCarron n’a aucunement envie d’y passer beaucoup de temps.

     

    « J’en suis à la dernière année de mon contrat et je veux envoyer un message. Ça peut sembler égoïste, mais je ne veux pas passer la saison ici. Je veux forcer la direction de l’équipe à me rappeler et je veux évoluer dans la Ligue nationale de hockey. C’est là que je veux jouer, a-t-il déclaré avec mordant et conviction après l’entraînement matinal en prévision du match d’ouverture du Rocket à la place Bell, contre les Senators de Belleville.

     

    « C’est une année importante pour moi, a-t-il renchéri. Je veux jouer avec autant de vigueur que j’en suis capable, de la façon dont je suis capable, ne pas laisser de doutes et les obliger à me rappeler. J’avais le pied dans le seuil de la porte [de la Ligue nationale]. Maintenant, je veux y entrer et y demeurer. »

    Il est prêt à jouer au hockey et il veut retourner à Montréal. C'est son but, et nous, en tant qu'entraîneurs, nous sommes là pour l'aider [...]
    L'entraîneur-chef du Rocket de Laval, Sylvain Lefebvre
     

    Mis au courant des propos de McCarron, le directeur général du Rocket, Larry Carrière, n’a pas paru étonné.

     

    « Il a un bon sens du hockey, il est robuste, il a beaucoup à offrir. Surtout, il a une bonne attitude. Il veut apprendre, il écoute les entraîneurs. Lorsqu’il est arrivé ici dimanche dernier, il s’est présenté en disant « OK, mettons-nous au travail » », a-t-il raconté environ une heure avant le match.

     

    McCarron s’est présenté au camp du Canadien, à la mi-septembre, avec de belles intentions et après un été, selon ses dires, où il s’est soumis à un entraînement rigoureux. Mais le voilà de retour sous les ordres de l’entraîneur-chef Sylvain Lefebvre, qui sait très bien ce que peut ressentir son jeune joueur.

     

    « Ce qui n’est pas facile pour un entraîneur, c’est de gérer chaque individu, la façon dont il se comporte, mais aussi la façon dont il réagit quand il est rétrogradé. Avec « Big Mac », c’est déjà arrivé. Mais quand tu t’entraînes fort durant l’été, que tu ne penses qu’à une chose, soit de faire l’équipe, mentalement, ça donne un coup. »

     

    Lefebvre croit que McCarron sera mieux équipé pour progresser et atteindre ses objectifs, surtout après les moments difficiles qu’il a vécus la saison dernière avec les IceCaps de Saint-Jean.

     

    « L’an dernier, quand il est arrivé, il pensait que ça allait être facile parce qu’il avait eu du succès lors de sa première saison. Il a un peu frappé un mur. Je pense que de ce côté-là, il a appris », estime Lefebvre.

     

    « Il a une très bonne attitude, il travaille fort dans les entraînements, il ne fait pas la « baboune », a également déclaré l’entraîneur-chef du Rocket. Il est prêt à jouer au hockey et il veut retourner à Montréal. C’est son but, et nous, en tant qu’entraîneurs, nous sommes là pour l’aider à retourner dans la Ligue nationale, comme avec tous les joueurs. »

     

    Dimanche dernier, lors d’une rencontre préparatoire contre les mêmes Senators de Belleville, McCarron a piloté un trio avec Chris Terry et Nikita Scherbak. Ça devrait de nouveau être le cas à l’occasion du match inaugural de la saison 2017-2018.

     

    Si McCarron pourrait profiter de l’apport de ses deux coéquipiers pour produire à un rythme constant à l’attaque, Lefebvre veut le voir réaliser toutes les tâches importantes que l’on attend d’un joueur de centre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.