Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Alex Boisvert-Lacroix vivra enfin son rêve olympique

    Après deux essais infructueux, le Sherbrookois obtient sa place aux Olympiques

    11 janvier 2018 |Alexandre Geoffrion-McInnis - La Presse canadienne | Actualités sportives
    L’équipe olympique canadienne de patinage de vitesse longue piste a été présentée mercredi à Calgary.
    Photo: Todd Korol La Presse Canadienne L’équipe olympique canadienne de patinage de vitesse longue piste a été présentée mercredi à Calgary.

    Après deux tentatives infructueuses, le Québécois Alex Boisvert-Lacroix vivra enfin son rêve olympique.

     

    Boisvert-Lacroix, ainsi que ses coéquipiers Laurent Dubreuil, Alexandre St-Jean et Olivier Jean font partie de l’équipe qui représentera le Canada en patinage de vitesse longue piste aux Jeux olympiques de Pyeongchang, du 9 au 25 février.

     

    Le Sherbrookois, qui est âgé de 30 ans, avait échoué à ses deux premières tentatives en prévision des Jeux de Vancouver en 2010 et de Sotchi en 2014, et il a même brièvement songé à accrocher ses patins. Mais un électrochoc s’est produit au lendemain de sa déception en 2014, et avec l’aide de son entraîneur Gregor Jelonek, Boisvert-Lacroix est retourné parmi l’élite de son sport ces dernières années.

     

    Cette progression a culminé l’automne dernier avec la conquête de deux médailles d’or consécutives — à Calgary et à Salt Lake City — sur 500 m, l’assurant du même coup d’un billet pour les JO. Mercredi, Boisvert-Lacroix savourait le moment comme nul autre.

     

    « Lorsqu’on essaie d’expliquer ça aux gens, que ça fait des années et des années qu’on s’entraîne, qu’on voyage aux quatre coins de la planète, et qu’au final c’est seulement pour une journée, une course, 34 secondes, ça devient parfois frustrant, a déclaré le principal intéressé. On voudrait obtenir une deuxième chance, mais il n’y en a pas. »

     

    « Je ne sais pas si quelqu’un d’autre va savourer autant le moment [lorsque je serai sur la patinoire à Pyeongchang], mais moi je vais le faire à cent pour cent, a-t-il ajouté. Je vais donner tout ce que j’ai, et juste à y penser je deviens déjà excité. J’ai très, très hâte d’être sur place et que les Jeux commencent. Je suis en forme cette année, et j’ai hâte de le démontrer. »

     

    Boisvert-Lacroix s’exécutera au 500 m, tandis que Dubreuil, de Lévis, prendra part aux épreuves de 500 m et 1000 m, St-Jean, de Québec, au 1000 m, et Jean, de Lachenaie, au départ groupé.

     

    Du groupe, seul Jean, un ancien patineur de vitesse courte piste, a de l’expérience aux Jeux olympiques. Il en sera à ses troisièmes olympiades, après Vancouver en 2010 — où il a remporté l’or au relais 5000 m — et Sotchi en 2014.

     

    Morrison, le rescapé

     

    Au total, dix-neuf athlètes — neuf femmes, dix hommes — et quatre entraîneurs ont été désignés pour représenter Équipe Canada en Corée du Sud.

     

    Les patineurs franco-ontariens Vincent De Haître, de Cumberland, ainsi qu’Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann, d’Ottawa, se sont aussi taillé une place dans l’équipe.

     

    « À mes premiers Jeux olympiques [à Sotchi], j’avais l’impression d’être une débutante et j’ai été émerveillée par l’aspect grandiose de l’événement, a d’abord mentionné Blondin. Je me concentre sur le podium pour mes deuxièmes Jeux. »

     

    Parmi les autres patineurs qui retiennent l’attention au sein de l’équipe se trouve le Britanno-Colombien Denny Morrison, qui a surmonté de nombreuses épreuves qui ont failli lui coûter la vie au cours des dernières années.

     

    Morrison, qui participera au 1500 m et à la poursuite par équipes, a notamment été victime d’un grave accident de motocyclette en mai 2015, avant de subir un important accident vasculaire cérébral le 23 avril 2016 à Salt Lake City. Le principal intéressé est conscient de la chance qu’il a eue, non seulement d’être en vie, mais de représenter le pays aux JO.

     

    « Depuis 2014, j’ai fait face à beaucoup de défis et je suis reconnaissant d’être en mesure de célébrer chacun des petits succès que je vis depuis », a-t-il évoqué.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.