Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Elsabeth Black termine 4e aux Mondiaux de gymnastique de Montréal

    7 octobre 2017 18h15 |Alexandre Geoffrion-McInnis - La Presse canadienne | Actualités sportives
    Après la compétition, Black a expliqué qu’il était très difficile d’effectuer la transition du concours multiple aux engins en si peu de temps.
    Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Après la compétition, Black a expliqué qu’il était très difficile d’effectuer la transition du concours multiple aux engins en si peu de temps.

    La nuit a été courte pour la Canadienne Elsabeth « Ellie » Black, et c’est peut-être ce qui lui a coûté une place sur le podium au saut, samedi, dans le cadre des Championnats du monde de gymnastique artistique de Montréal.

     

    Black figurait parmi les favorites pour l’emporter au saut, sa discipline de prédilection. La quintuple championne canadienne a toutefois enregistré un score de 14,416 points et terminé quatrième, au grand désarroi des quelque 11 000 spectateurs qui ont assisté à la compétition présentée au Stade olympique.

     

    « C’est ça la gymnastique, vous savez, a déclaré Black. Je suis satisfaite de ma performance, même si j’ai dû attendre que les autres gymnastes s’exécutent et que les juges les notent pour savoir où je finirais. »

     

    La Néo-Écossaise âgée de 22 ans a bien exécuté son premier saut, sauf qu’elle a commi une petite erreur à la réception — et qu’elle a répétée lors du deuxième. Après la compétition, Black a expliqué qu’il était très difficile d’effectuer la transition du concours multiple aux engins en si peu de temps.

     

    Vendredi soir, Black était devenue la première Canadienne à remporter une médaille — l’argent — au concours multiple lors des Mondiaux. Il s’agissait d’une première médaille pour le Canada depuis que Kyle Shewfelt et Elyse Hopfner-Hibbs avaient récolté deux médailles de bronze pour l’unifolié aux engins lors des Mondiaux de 2006.

     

    « Je me suis reposée le plus possible et j’ai tenté d’être la meilleure possible au saut, mais la compétition était très relevée », a noté Black.

     

    La Russe Maria Paseka a défendu son titre mondial avec succès en vertu d’un score de 14,850 points, soit 0,084 de plus que l’Américaine Jade Carey et 0,384 de plus que la Suissesse Giulia Steingruber.

     

    L’équipe américaine était affaiblie par l’absence de Simone Biles, l’étoile des Jeux olympiques de Rio de Janeiro qui a choisi de faire l’impasse sur les Mondiaux de Montréal, mais elle a tout de même démontré sa profondeur grâce à la performance de Carey.

     

    « Je n’aurais jamais cru être ici il y a un an, mais c’est tout simplement fantastique », a reconnu la gymnaste de 17 ans, championne américaine au saut.

     

    Black a suivi à moins d’un dixième de point derrière Steingruber, tout juste devant l’une de ses idoles de jeunesse, l’Ouzbekhe Oksana Chusovitina, qui est âgée de 42 ans.

     

    « Elle est une légende, donc c’était assez “cool” de se mesurer à elle », a confié Black à propos de Chusovitina, médaillée d’or au concours par équipes aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 et médaillée d’argent au saut aux Jeux de Pékin en 2008.

     

    L’autre représentante de l’unifolié inscrite à cette compétition, Shallon Olsen, a fini au septième rang. La Vancouvéroise âgée de 17 ans a raté la réception de son premier saut, mais a parfaitement exécuté son deuxième pour un score de 14,233.

     

    « Je suis un peu déçue de ne pas avoir pu réussir ma réception sur mon premier saut, a-t-elle convenu. Mais j’ai tout donné pour récupérer sur mon deuxième. […] C’est un bel accomplissement. »

     

    Les finales aux engins mettent les spécialistes au premier plan et sont réservées, pour chaque engin, aux huit meilleurs gymnastes issus des qualifications.

     

    Samedi, les femmes se sont exécutées au saut et aux barres asymétriques, alors que les hommes devaient présenter leurs routines au sol, au cheval d’arçons ainsi qu’aux anneaux.

     

    La Chinoise Fan Yilin, qui avait partagé l’or aux barres asymétriques aux Mondiaux de 2015, s’est assurée de ne pas le faire cette fois-ci. Elle l’a emporté avec 15,166 points, soit 0,066 point de plus que la Russe Elena Eramina et 0,133 de plus que la Belge Nina Darwael — la championne européenne dans cette épreuve.

     

    Chez les hommes, aucun athlète canadien ne s’est qualifié pour les finales masculines aux engins.

     

    Au sol, le Japonais Kenzo Shirai a obtenu un troisième titre mondial après ceux de 2013 et 2015. Il s’agissait aussi d’une deuxième médaille pour « le prince des vrilles » aux Mondiaux de Montréal, après son disque de bronze au concours multiple jeudi.

     

    Sans surprise, le Britannique Max Whitlock a défendu son titre mondial au cheval d’arçons. Il avait également été sacré champion olympique à Rio en 2016 dans cette épreuve ainsi qu’au sol.

     

    De son côté, le Grec Eleftherios Patrounias a lui aussi défendu avec succès son titre mondial aux anneaux acquis en 2015. Il est également le champion olympique en titre dans cette épreuve.

     

    Dimanche, à l’occasion de la dernière journée de compétitions aux Mondiaux de gymnastique, Black participera à la finale à la poutre ainsi qu’à celle au sol, tandis que sa compatriote Brooklyn Moors, la plus jeune gymnaste de la formation canadienne, se limitera au sol.

     

    « Je dois me concentrer sur le processus pour accéder au podium, mais les résultats viendront d’eux-mêmes », s’est limitée à dire Black.

     

    Le Canada n’a jamais mis la main sur une médaille d’or aux Championnats du monde de gymnastique artistique.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.