Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Dopage

    Le TAS entendra l’appel d’un coéquipier d’Usain Bolt

    L'équipe jamaïquaine du relais 4 x 100 mètres, qui a remporté la course avec un chrono record de 37,10 secondes. À gauche, Nesta Carter.
    Photo: Petr David Josek AP L'équipe jamaïquaine du relais 4 x 100 mètres, qui a remporté la course avec un chrono record de 37,10 secondes. À gauche, Nesta Carter.

    Lausanne — Un appel au sujet du titre olympique 2008 retiré à Usain Bolt et à l’équipe de relais jamaïcaine se retrouvera devant les tribunaux en novembre.

     

    Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a révélé que le sprinter Nesta Carter contestera sa disqualification par le Comité international olympique, le 15 novembre. Un verdict est prévu quelques semaines plus tard.

     

    Carter a échoué à un test antidopage l’année dernière pour un stimulant interdit — la méthylhexaneamine — dans le cadre de la réanalyse d’un échantillon d’urine des Jeux de Pékin en 2008. Lui et Bolt étaient des coéquipiers au sein du relais 4 x 100 mètres, qui a remporté la course avec un chrono record de 37,10 secondes.

     

    Carter avait couru le premier relais et Bolt le troisième au sein d’une équipe complétée par Michael Frater et Asafa Powell.

     

    Dossier entaché

     

    La disqualification de Carter et du relais jamaïcain est survenue en janvier, gâchant la fiche parfaite de Bolt du triplé de médailles d’or — 100 m, 200 m et 4 x 100 m — lors de trois Jeux olympiques consécutifs de 2008 à 2016.

     

    Carter a également fait équipe avec Bolt lors des trois victoires consécutives du relais aux championnats du monde, de 2011 à 2015. Ils étaient également coéquipiers lorsque la Jamaïque a réalisé un autre record mondial au 4 x 100 m en 2012 aux Jeux olympiques, en 36,84.

     

    Bolt avait déclaré en février qu’il n’était « pas triste » de remettre la médaille, mais « attendait de voir si Nesta allait faire appel ».

     

    L’équipe juridique de Carter pourrait demander à Bolt de comparaître comme témoin à l’audience, qui se tiendra vraisemblablement à Lausanne, en Suisse, la ville d’accueil du TAS et du CIO.

     

    Des douzaines d’athlètes ont eu des contrôles positifs dans le cadre du programme de réanalyse commandé par le CIO en ayant recours à de nouveaux tests plus précis sur les échantillons stockés depuis les Jeux olympiques de Pékin en 2008 et de Londres en 2012.

     

    La plupart des plus de 110 cas impliquaient des stéroïdes et des athlètes des anciennes républiques soviétiques. Le cas de Carter était le seul qui concernait la Jamaïque.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.