Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Jeux asiatiques

    L’introduction du sport électronique soulève un tollé

    Le sport électronique a été reconnu comme un sport officiel en 2003 par l’administration générale des sports en Chine.
    Photo: Agence France-Presse / PAP / Andrzej Grygiel Le sport électronique a été reconnu comme un sport officiel en 2003 par l’administration générale des sports en Chine.

    Pékin — Le géant du commerce en ligne Alibaba a défendu jeudi la décision du Conseil olympique d’Asie d’intégrer le sport électronique, des compétitions de jeux vidéo, au programme des Jeux asiatiques de 2022 en Chine, ce qui a soulevé des critiques.

     

    La filiale d’Alibaba consacrée au sport, Alisport, partenaire de l’événement pour les Jeux asiatiques 2022 à Hangzhou, en Chine, a expliqué jeudi à l’AFP que le sport électronique, ce n’est pas que des jeux vidéo, mais aussi « une pratique sportive positive et bonne pour la santé ».

     

    Lundi, le Conseil olympique d’Asie, qui regroupe les comités olympiques asiatiques, avait officialisé l’introduction du sport électronique au programme officiel des Jeux asiatiques de 2022.

     

    Le phénomène, né en Corée du Sud vers la fin des années 1990, remplit des stades entiers en Asie sur des titres comme Starcraft ou League of Legends. Des millions de spectateurs assistent à ces compétitions de jeux vidéo générant un véritable marché de la retransmission, de l’organisation de compétitions, de la commandite, de la publicité, etc.

     

    Mais certains s’interrogent sur la légitimité d’un tel événement aux Jeux asiatiques, où les sports traditionnels comme l’athlétisme ont toujours été rois. « Au moins, les sports traditionnels sont bons pour la santé, même à un niveau amateur », écrivait ainsi un utilisateur de Weibo, le Twitter chinois, faisant écho aux critiques récurrentes sur l’aspect addictif de certains de ces jeux pratiqués en compétition.

     

    La décision est également contestée par certains professionnels de l’industrie, comme l’un des cadres de PandaTV, un service chinois de diffusion en ligne dédié au jeu vidéo, qui se demande sur quels critères seront sélectionnés ces jeux, qui sont créés par des compagnies privées.

     

    Sur ce point, la décision n’est pas arrêtée, précise Alisport, mais la filiale d’Alibaba affirme qu’il s’agira de « mettre en avant les titres les plus populaires, adaptés à la pratique en compétition » et que le critère de base est d’aller « à l’encontre de la violence et des effusions de sang ».

     

    Le sport électronique a été reconnu comme un sport officiel en 2003 par l’administration générale des sports en Chine. Le pays compte environ 170 millions de joueurs, qui contribuent à l’industrie du jeu vidéo dont la valeur est estimée à40 milliards de Yuan (7,3 milliards de dollars), selon la radio nationale chinoise.

     

    En 2016, le sport électronique, à lui seul, a généré 500 millions de dollars de chiffre d’affaires dans le monde, selon une étude du cabinet Deloitte pour le ministère de l’Économie français. Il pourrait doubler pour dépasser le milliard de dollars d’ici 2018.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.