Qu’est-ce que cette arme sonore qui aurait rendu sourds les diplomates américains?

Les autorités cubaines affirment avoir mené une enquête exhaustive dès qu’elles ont été informées le 17 février dernier de ces incidents qui ont eu lieu à La Havane, et n’avoir rien à se reprocher.
Photo: Ramon Espinosa Associated Press Les autorités cubaines affirment avoir mené une enquête exhaustive dès qu’elles ont été informées le 17 février dernier de ces incidents qui ont eu lieu à La Havane, et n’avoir rien à se reprocher.

À l’instar de plusieurs diplomates américains en poste à La Havane, au moins un diplomate canadien en mission à Cuba aurait mystérieusement subi une perte d’audition dans le cadre de ses fonctions sur cette île des Caraïbes. Après enquête, les autorités américaines attribuent cette surdité qui a conduit au rapatriement des diplomates à un « dispositif acoustique secret » émettant des ondes sonores de fréquences inaudibles. Cette explication laisse toutefois très perplexes les experts en audiologie…

 

Les autorités américaines ont confirmé mercredi l’expulsion de deux diplomates cubains de Washington en représailles à ce qu’elles appellent ces « incidents étranges » dont ont été victimes à Cuba, au cours de l’automne 2016, environ cinq diplomates américains et leurs épouses. Selon les enquêteurs américains, les diplomates auraient été exposés à un dispositif de pointe qui émet des sons inaudibles, mais susceptibles d’endommager le système auditif des personnes touchées. Ces dispositifs auraient été installés à l’intérieur ou à proximité des résidences des diplomates en question. Les enquêteurs précisent qu’ils ne peuvent confirmer s’il s’agit d’« une arme utilisée de manière délibérée » contre les diplomates ou des effets secondaires d’un dispositif employé à d’autres fins.

 

Compte tenu des maigres informations fournies par les autorités américaines sur le dispositif incriminé et son fonctionnement, il ne s’agirait vraisemblablement pas d’un long-range acoustic device (LRAD), ou canon à son, un dispositif qui est couramment utilisé par la marine pour repousser les pirates et par certains services de police pour réprimer les foules de manifestants. Car le LRAD émet des détonations sonores d’un volume dépassant le seuil de douleur situé de 110 à 120 décibels. À titre de comparaison, une conversation normale s’élève à environ 60 décibels.

 

Dispositifs inconnus

 

De plus, plusieurs chercheurs et spécialistes de l’audition, dont le professeur Tony Leroux de l’École d’orthophonie et d’audiologie de l’Université de Montréal, ne comprennent pas que l’on puisse avancer que des sons inaudibles peuvent endommager l’audition. Et aucun d’entre eux ne connaît de dispositif doté de telles caractéristiques. « Les ultrasons, ces sons de très hautes fréquences que les humains ne peuvent entendre, ne sont pas dangereux pour le système auditif, précise M. Leroux. La preuve : on s’en sert pour faire des échographies aux femmes enceintes pour voir le bébé à naître. Or leur utilisation n’induit pas de surdité chez les bébés. Quant aux infrasons, ces sons de très basses fréquences qui sont également inaudibles, ils sont pour leur part perceptibles sur la peau sous forme de vibrations. Les personnes complètement sourdes qui dansent se servent de ces vibrations tactiles pour suivre le rythme de la musique. » De plus, ces infrasons ne sont pas reconnus comme étant dommageables à long terme.

 

Chose certaine, les autorités cubaines affirment avoir mené une enquête exhaustive dès qu’elles ont été informées le 17 février dernier de ces incidents et n’avoir rien à se reprocher. Les investigateurs avancent aussi la possibilité que ces intrusions aient été menées par un tiers pays, comme la Russie, sans que la chaîne de commandement cubaine en ait été informée.

3 commentaires
  • Carl Matteau-Pelletier - Abonné 12 août 2017 01 h 48

    Les ultrasons à basses fréquences peuvent être dommageables pour l'appareil auditif

    Il y a confusion ici, les ultrasons utilisés pour l'imagerie médicale sont de haute fréquence, typiquement 1.5-15 MHZ. Les ultrasons qui peuvent faire résonner une ou des parties de l'appareil auditif sont des ultrasons de basse fréquence commençant à 20 kHz, qui est environ la limite supérieure des sons audibles chez les jeunes. Les ultrasons de basse fréquence peuvent se retrouver en environnement industriel et, s'ils sont de trop forte intensité/durée, peuvent causer des maux de tête, nausées, vomissement etc. sans qu'il y ait de sons audibles par le sujet. Il y a donc bel et bien une réponse physiologique à ces ultrasons, indépendante de la perception sonore (probablement que les composantes mécaniques de l'oreille, jusqu'au tympan, vont résonner, sans faire fibrer de terminaisons nerveuses de la cochlée).

    Le syndrome qui affecte les diplomates pourrait être relié à un "Ultrasound audio jammer", traditionnellement c'est un appareil utilisé pour provoquer la saturation des microphones et ainsi empêcher l'espionnage d'une conversation, tout en créant peu de sons dans le spectre audible pour permettre la conversation. Si le jammer est utilisé à des niveaux supérieurs au seuil de dommage de l'oreille interne, par exemple pour couvrir de larges pièces, il pourra rendre sourd ceux qui l'utilisent. Avec le développement de l'informatique les conversations sonores ne sont qu'une toute petite partie des signaux acoustiques "sensibles", par exemple il y a aussi les sons des touches des claviers et tout le bruit électromagnétique de basse fréquence qui serait produit par un ordinateur utilisant un algorithme répétitif particulier. Ce domaine de recherche s'appelle la cryptanalyse acoustique, et il est problable que tous les gouvernements en ayant les moyens développent et utilisent des outils de contre-mesure. Il est donc possible que les diplomates aient été rendus sourds par leurs propres brouilleurs d'ultrasons.

  • Bernard Terreault - Abonné 12 août 2017 08 h 34

    Pas inconcevable

    En tant que physicien (retraité), il me semble qu'il n'est pas inconcevable que certaine fréquence de vibration acoustique, bien ciblée pour correspondre aux dimensions, à la géométrie et aux propriétés des matériaux de la cavité de l'oreille, puisse endommager irrémédiablement celle-ci.

  • Claude Desjardins - Abonné 12 août 2017 11 h 07

    Sophie a chanté ?

    C'est très curieux. À la blague, je dirais que les évènements coïncident avec la visite de la famille Trudeau à Cuba. Reste à savoir si Sophie a chanté.