Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le monde peine à éliminer la tuberculose et les contaminations par le VIH

    12 septembre 2017 21h53 |Agence France-Presse | Santé
    Une patiente atteinte du VIH reçoit l'équivalent d'un mois de médication au Malawi.
    Photo: Marco Longari Agence France-Presse Une patiente atteinte du VIH reçoit l'équivalent d'un mois de médication au Malawi.

    Paris — Aucun pays sur près de 200 évalués n’est en voie d’atteindre l’objectif des Nations unies d’éliminer la tuberculose en 2030 et bien peu d’empêcher de nouvelles contaminations par le virus du sida (VIH), d’après une étude sur la santé mondiale publiée mercredi.

     

    Moins de 5 % des pays attendraient à cette date les objectifs de réduction des suicides, des morts sur la route et d’obésité des enfants et seulement 7 % pourraient éliminer les nouvelles infections par le VIH, d’après cette analyse parue dans la revue The Lancet. Quant à la tuberculose, aucun pays n’est en bonne voie d’une éradication des nouvelles infections.

     

    En revanche, plus de 60 % des pays évalués pourraient atteindre les objectifs de réduction de la mortalité infantile, néonatale et maternelle et d’élimination du paludisme.

     

    Inégalité des projections

     

    Dans l’ensemble, seulement 20 % des 37 objectifs de santé fixés dans le cadre des Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD/SDG), adoptés en 2015, sont susceptibles d’être satisfaits, selon les auteurs.

     

    Ils relèvent une « inégalité considérable » des projections pour 2030 : les pays à revenus élevés atteindraient 38 % des buts, et ceux à faibles revenus 3 %.

     

    Sur la base des tendances enregistrées, le Kazakhstan, le Timor oriental, l’Angola, le Nigeria et le Swaziland devraient avoir les plus grandes améliorations globales, souligne l’équipe dans un communiqué, en évoquant une réduction de la mortalité infantile, un meilleur accès aux soins, à la planification familiale et à la présence de personnel qualifié à l’accouchement.

     

    Des pays devraient perdre du terrain — compte tenu des tendances à l’obésité des enfants et de l’abus d’alcool — comme le Sri Lanka, le Venezuela, la Serbie et l’Ukraine.

     

    Objectifs liés à la santé

     

    L’équipe dresse également un classement des pays sur la base d’un indice global de réalisation des objectifs liés à la santé.

     

    Singapour, l’Islande et la Suède apparaissent ainsi les plus performants, tandis que la Somalie, la Centrafrique et l’Afghanistan arrivent derniers du classement.

     

    Les États-Unis sont au 24e rang, derrière l’Espagne (23e), vu leurs performances médiocres en matière de suicide, d’agressions sexuelles d’enfants, d’abus d’alcool et d’homicides. Les États-Unis rejoignent le Lesotho et la Centrafrique parmi les pays montrant une « amélioration minime » pour la couverture de santé universelle. Alors que d’autres comme la Chine, le Cambodge, la Turquie ou le Rwanda ont enregistré les meilleures améliorations dans les soins de santé universels entre 2000 et 2016.

     

    La France est 26e, alcool, tabagisme et suicides la tirant vers le bas.

     

    Les efforts de la Chine, du Cambodge pour l’amélioration de la vie de leurs citoyens « méritent d’être reconnus » relève le Dr Christopher Murray, directeur de l’IHME, un institut de recherche de l’Université de Washington à Seattle, citant « des améliorations impressionnantes » concernant « la mortalité infantile, néonatale et maternelle, la couverture vaccinale », et la lutte contre le paludisme.

     

    Mais vu ses performances insuffisantes contre la pollution de l’air, les accidents de la route et le tabagisme notamment, la Chine est classée 74e. L’Inde se trouve au 127e rang, pénalisée par des performances médiocres en matière de pollution de l’air, d’assainissement, d’hépatite B et de malnutrition infantile.

     

    La parution de l’étude, financée par la fondation Bill Melinda Gates, coïncide avec la tenue de la 72e session de l’assemblée générale des Nations unies à New York.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.