Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un enfant sur dix n'est toujours pas vacciné dans le monde, selon l’OMS

    17 juillet 2017 |Agence France-Presse | Santé
    Un enfant reçoit un vaccin dans la région du Darfour, au Soudan.
    Photo: Agence France-Presse / UNAMID / Albert Gonzalez Farran Un enfant reçoit un vaccin dans la région du Darfour, au Soudan.

    Genève — Un enfant sur dix dans le monde n’a reçu aucun vaccin en 2016 et risque d’attraper la diphtérie, le tétanos ou la coqueluche, a averti lundi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

     

    L’étude, menée conjointement avec l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), révèle que 12,9 millions d’enfants sur un total de 116,5 millions ne sont pas vaccinés et qu’en outre, environ 6,6 millions d’enfants n’ont reçu qu’une seule dose de vaccins sur les trois nécessaires pour être protégés.

     

    Depuis 2010, le taux de vaccination chez les enfants stagne à 86 %, encore loin de l’objectif de 90 % fixé par l’ONU.

     

    Augmenter la couverture

     

    « La plupart des enfants qui ne sont pas immunisés sont les mêmes qui échappent aux systèmes de santé », a relevé le Dr. Jean-Marie Okwo-Bele, directeur de l’immunisation et des vaccins à l’OMS. « Ces enfants n’ont très probablement reçu aucun des services sanitaires de base. Si nous voulons augmenter le taux de couverture globale d’immunisation, les services de santé doivent atteindre ceux qui ne le sont pas », a-t-il ajouté.

     

    La vaccination permet aujourd’hui d’éviter entre 2 et 3 millions de morts chaque année, de diphtérie, tétanos, coqueluche et rougeole, rappellent l’OMS et l’UNICEF.

     

    Pays problématiques

     

    Selon les dernières statistiques, 130 des 194 États membres de l’OMS ont atteint l’an dernier le taux de couverture d’au moins 90 % pour la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Mais huit pays ont encore un taux de vaccination inférieur à 50 % : République centrafricaine, Tchad, Guinée équatoriale, Nigeria, Somalie, Soudan du Sud, Syrie et Ukraine.

     

    Rappelant que plus de la moitié de la population mondiale vit dans des zones urbaines, notamment dans les bidonvilles d’Afrique et d’Asie, le rapport souligne que les « pauvres urbains » représentent le groupe le plus exposé à la sous-immunisation ou à la non-immunisation.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.