Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Procès du Faubourg Contrecoeur

    Une facture mystérieuse pour la cave à vin de Frank Zampino

    9 septembre 2017 |Jeanne Corriveau | Justice
    L’ex-numéro 2 de la Ville de Montréal est accusé de fraude, d’abus de confiance et de complot dans le dossier du Faubourg Contrecœur, un projet immobilier réalisé par Construction F. Catania.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’ex-numéro 2 de la Ville de Montréal est accusé de fraude, d’abus de confiance et de complot dans le dossier du Faubourg Contrecœur, un projet immobilier réalisé par Construction F. Catania.

    Lors de son contre-interrogatoire au procès du Faubourg Contrecoeur vendredi, Frank Zampino n’a pas été en mesure d’expliquer l’existence d’une facture adressée à Construction F. Catania pour le remplacement de pièces pour la cave à vin qu’il possède au sous-sol de sa résidence de Saint-Léonard.

     

    « C’est un mystère pour moi », a déclaré Frank Zampino alors que la Couronne venait de présenter à la Cour une facture provenant d’une entreprise de climatisation et de chauffage pour le remplacement du système d’évaporation de la cave à vin de sa résidence. Cette facture de 3500 $ et datée du 6 juin 2007 était adressée à Construction F. Catania.

     

    L’ex-président du comité exécutif de la Ville a dit qu’au moment de la construction de sa résidence en 2004, il avait fait aménager une cave à vin au sous-sol. Aucune réparation n’a été effectuée par la suite, a-t-il assuré. Le compresseur était toutefois « très bruyant ». En 2007, l’entrepreneur Paolo Catania, qui possédait aussi une cave à vin chez lui, lui a suggéré d’installer un silencieux sur ce compresseur, ce qu’il a fait.

     

    Le procureur de la Couronne, Me Pascal Lescarbeau, lui a demandé s’il était possible que Paolo Catania ait fait faire des travaux sans qu’il le sache. « Je ne vois pas comment il aurait pu le faire dans mon dos. Le compresseur de ma cave à vin était neuf. Il était parfaitement fonctionnel », a-t-il signalé.

     

    Le Touch

     

    Accusé de fraude, d’abus de confiance et de complot dans le dossier du Faubourg Contrecoeur, un projet immobilier réalisé par Construction F. Catania, Frank Zampino témoigne devant le juge Yvan Poulin depuis près de deux semaines pour sa défense. Au deuxième jour de son contre-interrogatoire, il a dû non seulement défendre ses liens d’amitié avec Paolo Catania, mais également ceux avec l’entrepreneur Tony Accurso.

     

    Frank Zampino a séjourné sur le bateau de Tony Accurso, mais il a assumé les coûts relatifs à ces escapades, a-t-il rappelé à la cour. La Couronne a présenté la lettre que l’ex-président du comité exécutif avait fait parvenir à Gérald Tremblay au printemps 2009 dans la foulée de la tempête médiatique entourant ses voyages sur le Touch de Tony Accurso. M. Zampino avait alors quitté la vie politique depuis quelques mois et travaillait pour la firme Dessau.

     

    « Je tiens à ce que vous sachiez que je connais M. Accurso depuis plus de 25 années, soit bien avant mon entrée en politique. Je n’ai donc pas contribué aux succès qu’il a obtenus en affaires et je vous assure que je ne suis intervenu en aucun temps pour lui faciliter l’accès aux marchés publics », ajoute-t-il dans sa lettre au maire.

     

    Devant le tribunal, Frank Zampino a soutenu avoir insisté auprès de Tony Accurso pour rembourser ses frais de séjour : « J’étais invité par un ami pour passer une semaine sur un bateau. J’ai insisté pour être facturé pour moi et ma femme. Il ne voulait pas. » M. Accurso lui a remis une facture de 5000 $, qu’il a réglée, a-t-il dit. M. Zampino n’a cependant pas été en mesure de préciser la valeur réelle de ces voyages.

     

    Le procès sera en pause pendant les prochaines semaines. Les parties reviendront en cour le 10 octobre pour la poursuite du contre-interrogatoire de Frank Zampino.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.