Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les préjugés sur les athées sont tenaces, même dans leurs rangs

    7 août 2017 | Pascale Mollard-Chenebenoit - Agence France-Presse à Paris | Éthique et religion
    L’athée ne craignant pas la punition des dieux, il s’autoriserait plus facilement à mal agir.
    Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse L’athée ne craignant pas la punition des dieux, il s’autoriserait plus facilement à mal agir.

    Immoraux, les athées ? Eux-mêmes ont tendance intuitivement à le croire, révèle lundi une étude qui atteste de la force des préjugés à l’encontre des personnes non croyantes dans le monde.

     

    Une équipe de chercheurs conduite par le psychologue Will Gervais, professeur à l’Université du Kentucky, a mené l’enquête dans 13 pays laïcs ou religieux de cinq continents.

     

    « Nous avons découvert qu’intuitivement, les gens pensent que les actes immoraux graves — dans le cas de l’étude, des meurtres en série — ont plus de chances d’être commis par des athées que par des personnes croyantes », explique à l’AFP Will Gervais.

     

    « Cela atteste d’une suspicion très enracinée concernant le sens moral des athées et d’une intuition très répandue selon laquelle la religion est une composante nécessaire à la moralité », ajoute-t-il.

     

    L’athée ne craignant pas la punition des dieux, il s’autoriserait plus facilement à mal agir...

     

    Les chercheurs ont étudié ces préjugés auprès de plus de 3200 personnes notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Finlande, en Australie, mais aussi aux Émirats arabes unis, à Singapour, en Chine, en Inde ou à l’île Maurice.

     

    Les scientifiques ont utilisé un test de psychologie dit de « l’erreur de conjonction », élaboré en 1992 par Amos Tversky et Daniel Kahneman (biais de représentativité). Il permet de repérer les intuitions des gens sur la probabilité que telle ou telle personne agisse de telle ou telle façon.

     

    Dans le cas de leur étude, publiée dans Nature Human Behaviour, ils ont commencé par décrire aux participants le profil d’un homme qui aurait torturé les animaux dans l’enfance et serait devenu par la suite un tueur en série. Il aurait tué cinq sans-abri et aurait démembré les corps.

     

    Les chercheurs leur ont demandé ensuite ce qui était « le plus probable ». La moitié des participants avait le choix entre « L’homme est un enseignant » (1) ou bien « L’homme est un enseignant et il a des convictions religieuses » (2).

     

    Pour l’autre moitié, le choix était « L’homme est un enseignant » (1) ou « L’homme est un enseignant et il ne croit en aucun dieu » (2).

     

    Les participants ont opté pour le choix 2 bien plus souvent (presque deux fois plus) lorsque le meurtrier n’était pas croyant. « En bref, les gens considèrent que la violence extrême est plus représentative des athées que des personnes croyantes », souligne Will Gervais.

     

    C’est le cas dans les pays avec des populations majoritairement chrétiennes, musulmanes, hindoues, bouddhistes, mais aussi non religieuses.

     

    Cacher son athéisme

     

    « De façon frappante, les athées eux-mêmes semblent partager de façon intuitive ces préjugés à l’égard des non-croyants », souligne Will Gervais. « Je pense que cela résulte de la prévalence de normes proreligion profondément enracinées. »

     

    Même dans les pays ouvertement laïcs, « les gens semblent continuer à croire intuitivement que la religion agit comme un garde-fou moral », ajoute-t-il.

     

    C’est malgré tout dans les pays laïcs que les préjugés à l’égard des athées sont les plus faibles, à l’instar de la Finlande et de la Nouvelle-Zélande. Et dans les pays « très religieux, comme les États-Unis, les Émirats arabes unis et l’Inde » qu’ils sont les plus tenaces, souligne le chercheur.

     

    Cette étude constitue « une avancée importante pour expliquer la prévalence des attitudes contre les athées », relèvent Adam Cohen et Jordan Moore, de l’Université de l’Arizona, dans un commentaire publié dans Nature Human Behaviour.

     

    Dans une autre étude, début 2017, Will Gervais et Najine Najle ont établi qu’aux États-Unis, la force de ces préjugés conduit une partie des athées à cacher le fait qu’ils ne croient pas en Dieu lorsqu’ils sont interrogés par sondage sur leurs convictions.

     

    « Dans beaucoup d’endroits, être athée peut être dangereux, voire fatal », souligne Will Gervais.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.