15 000 scientifiques lancent un cri d’alarme sur l’état de la planète

Depuis 25 ans, alors que la population mondiale a augmenté de 35%, le nombre de mammifères, reptiles, amphibiens, oiseaux et poissons a baissé de 29%.
Photo: Luis Robayo Archives Agence France-Presse Depuis 25 ans, alors que la population mondiale a augmenté de 35%, le nombre de mammifères, reptiles, amphibiens, oiseaux et poissons a baissé de 29%.

Vingt-cinq ans après une première mise en garde d’une majorité de lauréats du prix Nobel, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays lancent, dans une déclaration publiée lundi, un avertissement face aux risques de déstabilisation de la planète faute d’actions pour préserver l’environnement et les écosystèmes.

En 1992, l’ONG Union of Concerned Scientists avec plus de 1700 cosignataires avait émis L’avertissement des scientifiques du monde à l’humanité dans lequel ils argumentaient que l’impact des activités de l’homme sur la nature allait probablement aboutir « à de grandes souffrances humaines » et à « mutiler la planète de manière irrémédiable ».

Bientôt, il sera trop tard pour inverser cette tendance dangereuse.

 

Un quart de siècle plus tard, ces scientifiques revisitent la mise en garde initiale dans une tribune qu’ils qualifient de « deuxième avertissement ».

Disponibilité de l’eau potable, déforestation, baisse du nombre de mammifères, émissions de gaz à effet de serre : tous ces voyants sont dans le rouge et les réponses depuis 1992 sont décevantes, à l’exception des mesures internationales prises pour stabiliser la couche d’ozone dans la stratosphère, concluent ces scientifiques dont l’appel paraît dans la revue BioScience.

« L’humanité ne fait pas ce qui devrait être entrepris de manière urgente pour sauvegarder la biosphère menacée », jugent les auteurs de cette déclaration.

Bientôt trop tard?

« Dans ce document, nous avons examiné l’évolution de la situation des deux dernières décennies et évalué les réponses humaines en analysant les données officielles existantes », explique Thomas Newsom, professeur à l’Université Deakin, en Australie, coauteur de la déclaration.

« Bientôt, il sera trop tard pour inverser cette tendance dangereuse », insiste-t-il.

Ces scientifiques estiment que la vaste majorité des menaces précédemment identifiées subsistent et que « la plupart s’aggravent », mais qu’il est encore possible d’inverser ces tendances pour permettre aux écosystèmes de retrouver leur durabilité.

Depuis 25 ans, la quantité d’eau potable disponible dans le monde par personne a diminué de 26 % et le nombre des zones mortes dans les océans a augmenté de 75 %.

L’appel cite également la perte de près de 120,4 millions d’hectares de forêts converties pour la plus grande partie en terres agricoles et un net accroissement des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et des températures moyennes du globe.

Ces scientifiques pointent aussi l’augmentation de 35 % de la population mondiale et une réduction de 29 % du nombre de mammifères, de reptiles, d’amphibiens, d’oiseaux et de poissons.

Vastes recommandations

Parmi les mesures recommandées, les auteurs de l’appel suggèrent la création d’un plus grand nombre de réserves naturelles terrestres et marines et un renforcement des lois contre le braconnage et des restrictions plus sévères du commerce des produits de la vie sauvage.

 
Photo: Vyacheslav Oseledko Archives Agence France-Presse Un léopard des neiges, une des nombreuses espèces décimées par le braconnage

Pour freiner la croissance démographique dans les pays en développement, ils préconisent une plus grande généralisation de la planification familiale et des programmes d’éducation des femmes.

Ces scientifiques plaident aussi pour des mesures encourageant un régime alimentaire plus à base de plantes et l’adoption à grande échelle des énergies renouvelables et d’autres technologies vertes.

4 commentaires
  • Philippe Gaudette - Abonné 13 novembre 2017 14 h 58

    Un rappel qui fait mal

    Dur rappel dans un monde où le président du pays le plus puissant affirme que les changements climatiques sont un complot de la chine.

    Dur rappel dans un Québec qui gruge ses milieux humides et ses terres agricoles afin de créer des quartiers de vinyle.

    Dur rappel dans un monde où la vente des VUS atteint des sommets.
    Bref, un dur retour à la réalité qui laisse un gout amer.

  • Louise Nepveu - Abonnée 13 novembre 2017 15 h 20

    Pendant ce temps-là...

    Trudeau et Couillard continuent à encourager les forages en vue d'exploiter les énergies fossiles, des chroniqueurs de téle et des animateurs de radio en vue avouent sans gêne ne pas avoir de "preuves" de l'existence des changements climatiques, le Québec annihile les efforts citoyens en augmentant de facon dramatique l'émission de GES avec la cimenterie de Port-Daniel et nos gouvernants hypocrites consentent à compromettre notre plus grande richesse, l'eau, en nous parlant de "transition" énergétique.

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 13 novembre 2017 15 h 24

    « Trop tard, la fin d'un monde et le début d'un nouveau »

    « Trop tard, la fin d'un monde et le début d'un nouveau » de Harvey Mead sort cette semaine en librairie (éditions Écosociété). J'ai eu la chance d'en lire une première version et je vous en conseille fortement la lecture si vous désirez vous doter d'une vision globale des causes de la crise que se profile à l'horizon.

    Harvey Mead est un acteur et un leader des milieux de l’environnement et du développement depuis près de 50 ans au Québec, au Canada et à l’échelle internationale. Il a servi comme premier sous-ministre adjoint au Développement durable du Québec en 1990-1991 et comme premier Commissaire au développement durable du Québec (2007-2008).

    voir http://ecosociete.org/livres/trop-tard

    • Gilbert Troutet - Abonné 13 novembre 2017 19 h 51

      Merci de nous signaler à parution de cet ouvrage de Harvey Mead, qui est un scientifique de référence au Québec, mais qu'on n'entend pas assez. Nos gouvernants préfèrent ne pas croire ce qu'ils savent.