Montréal n’a remplacé que 10000 des 69000 entrées d'eau en plomb

Lancé en 2007, un plan d’action de la Ville de Montréal prévoit de remplacer toutes les entrées de service en plomb (ESP) de son réseau d’ici 2026.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Lancé en 2007, un plan d’action de la Ville de Montréal prévoit de remplacer toutes les entrées de service en plomb (ESP) de son réseau d’ici 2026.

Andréanne Villeneuve a fait tester l’eau de sa propriété du Plateau le 28 juin 2017. Résultat : 39 microgrammes de plomb par litre d’eau. Ce taux très largement supérieur à la concentration maximale acceptable, selon Santé Canada (10 ug/l), inquiète cette mère d’un enfant en bas âge et enceinte d’un second.

 

Pourtant, lorsque cette pédiatre a rénové sa propriété en 2013, elle a fait changer la tuyauterie intérieure et une partie de la conduite extérieure. Mais voilà : elle ne savait pas qu’il restait toujours un bout de conduite en plomb, entre sa propriété et le réseau municipal, qui lui appartenait.

 

Lancé en 2007, un plan d’action de la Ville de Montréal (dont le coût total avoisine les 361,7 millions) prévoit de remplacer toutes les entrées de service en plomb (ESP) de son réseau d’ici 2026.

 

À mi-chemin de l’échéance, seules 10 000 sur 69 000 conduites d’eau ont été changées. Parmi les maisons ciblées, de 3000 à 5000 sont considérées comme urgentes et prioritaires. Ces maisons de type « après-guerre » affichent souvent une plus forte concentration de plomb dans l’eau. Environ 900 sont toujours alimentées par une ESP.

 

Michèle Prévost, titulaire de la Chaire industrielle CRSNG en eau potable de Polytechnique, se dit préoccupée par ces maisons-là, souhaitant que leur ESP « soit remplacée au plus vite ». Si elle estime que la Ville de Montréal « n’a pas erré » dans ses orientations relatives au remplacement des ESP, elle observe néanmoins que « le taux de remplacement annuel n’est pas fort ».

 

Interrogée sur ce faible taux de remplacement, la Ville a répondu au Devoir qu’« avant de pouvoir commencer à remplacer les ESP, il a fallu les dépister, donc mettre en place et valider un protocole de détection efficace ».

 

Toxicité documentée

 

Santé Canada a recommandé en 2017 de revoir le seuil actuel de concentration maximum acceptable (CMA) de 10 ug/l à 5 ug/l d’eau.

 

Les évaluations les plus récentes rappellent la toxicité du plomb, largement documentée, notamment chez les moins de 6 ans et les femmes enceintes.

 

Dans son rapport Le plomb dans l’eau potable (mai 2017), Santé Canada indique qu’« il est impossible de déterminer un seuil sous lequel [la présence de plomb dans le sang] n’est plus associé[e] à des effets indésirables sur le développement neurologique. »

 

Observation similaire de l’École Polytechnique de Montréal, qui indiquait en 2015 dans son Évaluation de l’exposition du consommateur au plomb dans l’eau du robinet« qu’il n’y a pas de niveau d’exposition sécuritaire au plomb et que des effets sur le QI sont mesurables même à une plombémie [concentration de plomb dans le sang, NDLR] que l’on considérait auparavant comme acceptable ».

 

« Parmi les effets étudiés, poursuit Santé Canada, mentionnons une diminution de la cognition, une élévation de la pression artérielle et une dysfonction rénale chez les adultes, de même que des effets sur le comportement et sur le développement neurologique des enfants. La plus forte association observée à ce jour est l’augmentation de la plombémie chez les enfants et la diminution des scores de quotient intellectuel. »

 

De son côté, la Ville recommande toujours aux propriétaires de procéder au remplacement, mais sans les y obliger — laissant pour compte les locataires par le fait même.

 

Néanmoins, à partir du 23 août prochain, la Ville remplacera automatiquement la partie privée des ESP de bâtiments situés à moins de 1,5 mètre lorsqu’elle mènera des travaux sur des infrastructures voisines. Et elle facturera 500 $ aux propriétaires concernés.

 

Autre disposition prévue au plan d’action : lorsqu’un propriétaire fait changer sa partie et s’il en fait la demande, la Ville a 12 semaines pour remplacer la partie de conduite relevant de sa responsabilité.

 

Autant de mesures efficaces selon la Ville, qui affirme suivre les orientations sur le sujet de la Direction de santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (DSP). Cette dernière a « évalué le risque pour la santé […] et considère que ce risque est faible », réitère la Ville au Devoir.

 

En entrevue téléphonique, Monique Beausoleil, toxicologue à la DSP, déclare que « ce qui devait être fait a été fait. Si on avait jugé que le risque était grave, on aurait insisté davantage pour sensibiliser les gens à changer leur entrée. On a jugé qu’informer était l’intervention adéquate. Mais je peux comprendre le parent inquiet ».

 

« Le plomb n’est pas le seul responsable des difficultés observées chez certains enfants et qu’on lui attribue, plaide en même temps la toxicologue. Des facteurs sociaux, environnementaux, éducatifs entrent aussi en jeu. Il faudrait peut-être se concentrer là-dessus. C’est un choix de société. »

 

En attendant que son entrée d’eau soit exempte de plomb, Andréanne Villeneuve utilise un filtre, à ses frais. Le Devoir a demandé à la Ville de Montréal pourquoi, à l’instar de la municipalité de Toronto par exemple, elle ne fournit pas de filtres aux résidants dont l’eau passe par une ESP. Elle « consacre ses efforts au remplacement des entrées de service et incite les citoyens à remplacer la section privée de leur entrée d’eau », a-t-on répondu, ajoutant une nouvelle fois qu’elle « considère que le risque est faible ».

6 commentaires
  • Daniel Lemieux - Abonné 4 août 2017 05 h 44

    Pas assez "glamour" pour Denis Coderre ?

    Monsieur le maire aime bien les artifices et les "kodak", devons-nous nous étonner d'apprendre que les conduites d'eau en plomb sont loin dans ses priorités ?

    Mais Monsieur aime beaucoup les apparats, alors voilà: les Montréalais doivent assumer une dépense de près d'un milliard pour ce 375e qui laissera si peu de traces pour la postérité et au détriment d'une infrastructure fondamentale.

  • Chantale Desjardins - Abonnée 4 août 2017 06 h 52

    Les conduites d'eau au lieu de la Formule E

    La mission du maire et ses conseilleurs est d'investir dans les structures comme les conduites d'eau en plomb au lieu d'organiser des formules E qui est du domaines de l'entreprise privée. L'argent des contribuables doit servir uniquement à l'entretien de la ville. M. Coderre devrait le savoir et arrêter de chercher sa popularité via les Formules E et 1 et un rodéo...

  • Johanne - Abonnée 4 août 2017 08 h 44

    Devant les courts de tennis du Parc Beaubien (Rosemont): foin des locataires!

    Dans mon nouveau quartier situé face aux courts de tennis du Parc Beaubien, et à première vue plutôt sympa, foin des locataires !
    J'ignore si les ESP ont été changées - c'est une chose à vérifier avec mon proprio qui se trouve actuellement parmi les siens en Italie, mais je sais qu'en matière de tournage de films, le statut locatif ne vaut pas tripette.
    Selon le témoignage même du responsable du bureau du cinéma de la ville de Montréal que j'ai contacté, notre auguste ville s'interdirait les tournages de film aux abords de parcs où résident des propriétaires-occupants récalcitrants; mais là où un parc est bordé d'immeubles à logements comme c'est le cas sur la 9e avenue, les industriels du cinoche ont carte blanche; pour preuve, en mai et en juin dernier, juste devant mon nouveau chez-moi de la 9e avenue, face aux courts de tennis du Parc Beaubien (Rosemont), mes voisins locataires et moi-même faisons face à une privatisation de notre segment de rue, véritable appropriation du domaine public par des major: de nuit, bal de caravanes entières de semi-remorques qui s'installent, déchargement et maintien de génératrices (24/24), de cables électriques, de fils en tout genre, de système d'éclairage monstrueux, gigantesque traffic de pièces d'équipement obstruant le trottoir au badaud; sans compter l'aspect surréaliste de ce surcroît d'achalandage qui, dès les premières lueurs de l'aube apparaît, sorte de faune maquillée et bigarrée à souhait, à talons hauts, plutôt m'as-tu-vu et au verbe parfois haut.
    De quoi presque effrayer autant les adultes que les enfants.
    Foire? Kermesse?
    Décidément, je cherche mais ne trouve pas de substantif pour qualifier cette nouvelle illustration de l'incongruité montréalaise, venant s'ajouter au faste du 375e.

  • Réal Bergeron - Abonné 4 août 2017 10 h 56

    Mauvaises conduites

    On devrait délivrer au maire Coderre un certificat de mauvaises conduites.

    • Richard Olivier - Inscrit 6 août 2017 12 h 15

      Montréal est une ville sanctuaire et une métropole solidaire.
      Denis Coderre, maire de Montréal

      Donc, tu vas les garder à Montréal ?

      Tu ne vas pas les pousser vers Laval et la Rive Sud j` espère???

  • Jean-Rémi Brabant - Abonné 4 août 2017 11 h 01

    Entrées de service au plomb

    Pourquoi ne publie-t-on pas une carte des secteurs où pareille situation existe? Ah ce cher monsieur Coderre qui voit au grain et qui en oublie les ratés.