L’ONE pourrait évaluer les GES du projet Énergie Est

Le pipeline Énergie Est doit transporter chaque jour 1,1 million de barils de pétrole en traversant notamment le Québec sur une distance de 625 kilomètres.
Photo: Mark Ralston Agence France-Presse Le pipeline Énergie Est doit transporter chaque jour 1,1 million de barils de pétrole en traversant notamment le Québec sur une distance de 625 kilomètres.

Après avoir catégoriquement refusé d’aborder l’enjeu des émissions de gaz à effet de serre imputables au projet de pipeline Énergie Est, l’Office national de l’énergie (ONE) a annoncé mercredi qu’il pourrait finalement tenir compte de cette question. Une situation qui ne peut que conduire au rejet du projet de TransCanada, selon Équiterre.

 

L’ONE a publié mercredi en fin de journée une série de documents qui présentent les « sujets » qui devraient être « pris en considération » par le comité qui évaluera le plus important projet de pipeline d’exportation en Amérique du Nord. Ces sujets permettent de déterminer quels éléments pourront être abordés par les participants aux audiences pour le projet ce pipeline de 4600 kilomètres.

 

Contrairement aux modalités du premier processus d’évaluation, qui a été stoppé l’an dernier en raison d’allégations de partialité, l’ONE souligne cette fois-ci que « les facteurs à considérer pourraient inclure » les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la production pétrolière qui circulera dans le pipeline.

 

La documentation technique de l’Office mentionne ainsi les « émissions en amont », soit celles imputables aux « changements au volume de pétrole produit en raison de l’exploitation du projet ». Certains partisans du projet ont cependant déjà fait valoir que le pétrole serait produit, avec ou sans la construction d’Énergie Est. Dans ce contexte, seul son mode de transport serait modifié, et non la production elle-même.

 

L’ONE note aussi l’idée de tenir compte des « émissions en aval », soit celles liées à la consommation de ce pétrole des sables bitumineux.

 

Hausse des GES

 

La question des GES est un enjeu majeur du projet, puisque le pipeline de TransCanada transporterait chaque année plus de 400 millions de barils de pétrole brut. Selon une évaluation du groupe Pembina, les émissions liées à la seule production pourraient dépasser les 32 millions de tonnes de GES chaque année. Cela équivaut au bilan de tout le secteur du transport routier au Québec.

 

Cela signifie que ce pipeline pourrait contribuer de façon importante au bilan des GES du pays. Dans les documents publiés mercredi, l’ONE a d’ailleurs indiqué qu’il « envisage » de tenir compte des « incidences éventuelles du projet sur les émissions de GES du Canada ». Il devrait aussi prendre en considération les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre des provinces et du gouvernement fédéral.

 

Directeur principal d’Équiterre, Steven Guilbeault a salué la décision de l’ONE par rapport à l’enjeu des GES. Selon lui, « si l’Office mène une analyse rigoureuse de cette question, il ne pourra que conclure que le projet n’a pas sa place dans le contexte canadien ».

 

Greenpeace estime pour sa part que l’évaluation du projet devrait être stoppée, le temps que le gouvernement Trudeau termine la réforme promise de l’ONE. On ne sait pas quand celle-ci sera achevée.

 

BAPE à venir

 

L’organisme fédéral a en outre précisé qu’un seul port d’exportation est pour le moment inscrit dans le projet Énergie Est, soit celui de Saint John, au Nouveau-Brunswick. TransCanada recherche néanmoins un site pour un second port, qui pourrait être construit au Québec. Ce projet serait vraisemblablement évalué après Énergie Est.

 

Pendant ce temps, l’étude d’impact déposée par TransCanada au gouvernement du Québec n’a toujours pas été jugée complète. Québec doit statuer que cette étude est complète avant de lancer le processus du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

 

Le pipeline Énergie Est doit traverser le territoire québécois sur une distance de 625 kilomètres. Il doit franchir, au Québec, plus de 860 cours d’eau, dont plusieurs rivières qui servent de source d’eau potable. Il traversera aussi plusieurs terrains privés, puisque plus de 2000 propriétaires terriens sont concernés par le tracé de la pétrolière.


10 commentaires
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 10 mai 2017 18 h 33

    300 000 barils par jour...Jamais !

    point barre !

    • Pierre Lalongé - Abonné 11 mai 2017 09 h 51

      Madame Sévigny,
      Les 300 000 barils dont vous faites mention sont en fait du pétrole américain provenant du Dakota du nord et pouvant transiter par Energie Est.
      Mais cette partie de l'article traitant du pipeline Upland a été retiré de l'article de Monsieur Alexandre Shields depuis hier.
      La capacité totale d'énergie Est est bien sûr de 1,1 millions de barils par jour et comme vous dites: Jamais ! point barre !

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 12 mai 2017 01 h 48

      @PL J'ai retrouvé l'article en question...il existe toujours avec le même libellé...mais daté du 29 mars 2017. On y parle du 300 000barils /jour
      provenant du Dakota du Nord...transitant par l'oléoduc TC-EE.

      Il se peut que mon commentaire ait connu ...une trajectoire inusitée.
      Rien ne me surprendrait.

  • Pierre Lalongé - Abonné 10 mai 2017 19 h 11

    Trop de risques pour notre eau potable!

    ``Le hic, c’est que certains partisans du projet ont déjà fait valoir que le pétrole serait produit, avec ou sans Énergie Est.``
    Cette assertion est fausse. S'il n'y a pas d'autre pipeline de construit, il sera impossible d'exporter ce pétrole des sables bitumineux en aussi grande quantité et il restera sous terre, pour le grand bien de notre planète.

    De toute façon, ce pipeline présente beaucoup trop de risques pour notre eau potable. On le voit avec les inondations, il y a plein d'affaissements de terrain.

  • André Mainguy - Abonné 10 mai 2017 22 h 36

    Énergie Est un projet inutile et risqué pour la Vie

    Avec les inondations d'avril-mai 2017 sur toute la Vallée de l'Outaouais et la Vallée du St-Laurent, plus les 90 glissements de terrain, dont plusieurs de majeurs, on ne devrait-plus entendre parler d'ÉNERGIE EST.

    A défaut, le projet doit être soumis à un référendum.

    D'autre part si les Nations Autochtones acceptaient un projet au Nord du Québec et qui livrerait le pétrole à Sept-Îles, on devrait peut-être l'envisager.

    • Pierre Lalongé - Abonné 11 mai 2017 10 h 16

      Monsieur Mainguy,
      La meilleure solution pour sortir leur pétrole serait de passer par la baie-James via le Manitoba.

  • Denis Paquette - Abonné 11 mai 2017 09 h 35

    le canada peut- il se conduire comme un pays indifférent aux autres

    Q'est-ce que l'on sait du pétrole pour dans 10 ans ou trente ans, ne dit- on pas qu'il pollura autant que toute l'industrie du transport confondue, le Canada n'a-t-il pas signé le traité de Paris, le Canada ,peut-il faire comme s'il ne l'avait pas fait, le Canada peut-il accepter qu'une seul province hypotheque tout l'avenir du Canada, le Canada peut il accepter ce développement sans tenir compte des dommages causés aux différentes provinces et a l'humanité , le Canada peut il faire fi des grandes traditions, le Canada peut il se conduire comme un pays indifférent aux autres

  • Danielle Houle - Abonnée 11 mai 2017 12 h 58

    Et la conclusion de l'ONE sera qu'il n'y a aucun problème!