Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les demandeurs d’asile haïtiens mal informés et bientôt désillusionnés

    Les délais de traitement des dossiers s’allongent de jour en jour et la moitié des demandes pourraient être déboutées

    À Saint-Bernard-de-Lacolle, 32 tentes, permettant une capacité d’environ 700 personnes, ont été installées. Si l’on se fie au taux d’acceptation des demandeurs d’asile haïtiens en 2016, c’est près de la moitié qui pourraient voir leur demande refusée.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir À Saint-Bernard-de-Lacolle, 32 tentes, permettant une capacité d’environ 700 personnes, ont été installées. Si l’on se fie au taux d’acceptation des demandeurs d’asile haïtiens en 2016, c’est près de la moitié qui pourraient voir leur demande refusée.

    Un message publié sur Facebook. Une entrevue à la radio. Un pasteur à l’église. Plusieurs Haïtiens ont choisi de traverser la frontière canado-américaine pour demander l’asile sur la base de fausses informations qui circulent. La désillusion risque d’être grande : les délais de traitement s’allongent de jour en jour et la moitié des demandes d’asile pourraient être déboutées. Un décalage d’autant plus « amer » que des Haïtiens installés au Canada depuis des années sont menacés d’expulsion.

     

    Sur une vidéo qui circule sur YouTube, une femme en veston gris est présentée en tant que « consule canadienne » à l’assemblée d’une église dans le New Jersey. « Elle était sur place pour dire aux Haïtiens comment rentrer au Canada », dit le titre en créole. Sur d’autres vidéos, il est suggéré de tenter d’entrer avec des enfants, car ils ne « seront pas renvoyés ». « C’est triste, je ne pouvais plus écouter », déplore Frantz André, porte-parole du Comité d’action des personnes sans statut.

     

    « On dit aux gens “Si vous allez au Canada, vous aurez un logement, un chèque” », relate Raymond Laurent, Haïtien d’origine et animateur de radio depuis 29 ans à Montréal. Il a été appelé à intervenir sur les ondes de plusieurs radios américaines depuis les dernières semaines, à Miami, à Washington et à New York. « C’est l’information qui circule, la “ville sanctuaire” et des choses comme ça. Plusieurs n’ont pas eu l’heure juste sur leur entrée au Canada », croit-il.

     

    Des personnes se présentant comme des conseillers en immigration au sud de la frontière promettraient en outre un permis de travail rapide. « Malheureusement, oui, beaucoup de gens tentent de profiter des plus démunis », appuie l’avocate Marie-Andrée Fogg, spécialiste du droit de l’immigration, qui a reçu le même son de cloche de la part de ses clients.

     

    Des rumeurs sont-elles suffisantes pour se décider à migrer ? « Les migrants prennent des décisions dans des situations d’urgence avec des pressions, des choix douloureux, compte tenu de l’information dont on dispose. Et ce que j’entends maintenant est que certaines sources d’information sont très mauvaises », expose quant à lui François Crépeau. Il est rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants pour l’Organisation des Nations unies. « Le migrant est comme vous et moi, il soupèse ses choix. Ces décisions sont très organisées. Compte tenu des mois, des années difficiles, de la famille qui est d’un côté, ça peut en effet être une bonne décision », décrit-il.

     

    Au-delà de messages précis glanés sur WhatsApp, YouTube et autres réseaux sociaux, c’est l’image générale du Canada qui brille comme une « oasis de refuge », souligne Frantz André. Il cite notamment la sortie du premier ministre Justin Trudeau après la signature en janvier dernier par Donald Trump d’un décret migratoire, affirmant que le Canada accueillerait « ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre ».

     

    C’est aussi ce que le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a reproché en point de presse jeudi : « On est en train de leur faire la grande séduction et ensuite, ça va être la grande déception. Ce n’est pas responsable. »

     

    La « patate chaude »

     

    M. André refuse de « faire de la politicaillerie sur la tête des gens qui sont ici avec l’espoir », la détresse au dos, mais avertit que le « problème sera demain ». Il craint surtout que des organismes comme son comité se retrouvent « avec la patate chaude », dit-il : « Dans quelques mois ou l’année prochaine, on sera débordés par des gens tombés en situation irrégulière, qui auront été refusés. »

     

    Il prend pour preuve la situation de plusieurs ressortissants haïtiens après la levée du moratoire sur les renvois en 2015. En vigueur entre 2004 et 2015, ce moratoire avait été instauré durant une flambée de violence survenue après le coup d’État contre Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004. Avant sa levée, les ressortissants haïtiens étaient invités à déposer une demande de résidence permanente pour motifs humanitaires, notamment à travers un formulaire simplifié.

     

    Mais le Comité d’action des personnes sans statut reproche au gouvernement fédéral de ne pas avoir tenu ses promesses. « Même quelques jours avant la levée, on ne disposait pas des documents ni du pamphlet expliquant ce qui devait être fait. Beaucoup de gens ont maintenant reçu leur lettre d’expulsion», relate Frantz André, porte-parole de ce comité. « C’est l’équivalent pour nous de la levée du TPS aux États-Unis », dit-il, ce statut de protection temporaire dont bénéficient environ 58 000 ressortissants d’Haïti et auquel le président Donald Trump a menacé de mettre fin.

     

    Son comité est régulièrement appelé en dernier recours par des personnes qui espèrent régulariser leur situation, et il aimerait donc voir les autorités canadiennes faire une sortie publique, au moins pour rectifier les rumeurs et réitérer les faits.

     

    Délais qui s’allongent

     

    Les demandeurs d’asile mettent en effet le pied dans un système dans lequel les délais s’allongent de jour en jour. En date de jeudi, les nouveaux demandeurs d’asile obtenaient un rendez-vous de recevabilité au début décembre, a confirmé l’avocate Fogg. Un examen de recevabilité qui était auparavant effectué séance tenante à l’arrivée des demandeurs par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

     

    Cette étape est préalable au dépôt même du dossier complet ; les audiences devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR) n’auront lieu que plusieurs mois après, soit au printemps 2018 au plus tôt.

     

    Si l’on se fie au taux d’acceptation des demandeurs d’asile haïtiens en 2016, c’est près de la moitié qui pourraient voir leur demande déboutée. « Ils croient avoir trouvé une porte d’entrée. Mais pour combien de temps ? » s’interroge Raymond Laurent.


    La Croix-Rouge prend le camp en charge L’organisation a annoncé jeudi qu’elle avait reçu le mandat de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) de dispenser des « services humanitaires » aux demandeurs d’asile installés dans des tentes montées par les Forces armées à Saint-Bernard-de-Lacolle. La Croix-Rouge canadienne fera notamment la gestion des lits, distribuera de la nourriture et offrira des soins médicaux. Une clinique mobile est également sur place et traite « quelques cas » de gastro-entérite, a indiqué le porte-parole de l’organisation.

    Plus d’une centaine de soldats terminaient jeudi d’ériger un total de 32 tentes pour faire passer le nombre de demandeurs d’asile hébergés à environ 700. Quatre tentes accueillaient déjà des personnes qui ont franchi la frontière dans les derniers jours.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.