Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Un premier cimetière musulman dans la région de Québec

    500 lots du cimetière Les Jardins Québec sont maintenant réservés aux citoyens de foi musulmane.
    Photo: Sylvain Brousseau / Wikipédia 500 lots du cimetière Les Jardins Québec sont maintenant réservés aux citoyens de foi musulmane.

    Québec — Près de six mois après l’attentat à la grande mosquée de Québec, un premier cimetière musulman a été officiellement inauguré, dimanche, dans la région de la Capitale-Nationale.

     

    Une portion du cimetière Les Jardins Québec appartenant à l’entreprise funéraire Lépine Cloutier Athos, à Saint-Augustin-de-Desmaures, sera dorénavant réservée aux défunts de confession musulmane.

     

    En entrevue à La Presse canadienne, le président de Lépine Cloutier Athos, Yvan Rodrigue, a indiqué que 500 lots sont maintenant réservés aux citoyens de foi musulmane et qu’il sera possible d’augmenter ce nombre.

     

    « On a commencé avec une section de 500 lots, mais selon les besoins, nous pourrons agrandir », a-t-il indiqué.

     

    Une solution locale

     

    M. Rodrigue a expliqué que son entreprise a instauré le service afin de « répondre à un besoin de plus en plus criant » pour les gens de l’est du Québec qui n’avaient que deux options — soit être rapatriés dans leur pays d’origine ou être enterrés dans un cimetière musulman à Montréal.

     

    « Il y a des gens qui sont ici depuis plusieurs générations et ce n’est pas toutes les familles qui veulent que le corps soit rapatrié au pays d’origine, donc c’est important qu’ils aient une solution locale », a justifié M. Rodrigue.

     

    L’initiative a toutefois été prise sans la participation du Centre culturel islamique de Québec, qui mène un autre projet de cimetière à Saint-Apollinaire.

     

    Le secrétaire du Centre, Mohamed Kesri, a récemment expliqué au journal Le Soleil que cette nouvelle section de cimetière, à Saint-Augustin-de-Desmaures, ne comblait pas les besoins de la communauté. Selon lui, la majorité des gens préfèrent savoir que leurs proches sont enterrés à un endroit possédé par la communauté et où les rites et coutumes sont suivis.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.