Le fils du ministre Gaétan Barrette a été arrêté après un délit de fuite

Geoffroy Barrette, fils du ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, pourrait bientôt faire face à des accusations criminelles de conduite dangereuse et de délit de fuite.

 

Le jeune homme de 23 ans a été libéré sous promesse de comparaître, vendredi, après avoir été longuement interrogé par des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

 

Geoffroy Barrette a été arrêté vers 5 h 10 vendredi, à la suite d’un délit de fuite commis quelques heures plus tôt sur le Plateau-Mont-Royal, à Montréal.

 

On le soupçonne d’avoir heurté un cycliste peu après minuit, à l’intersection des rues Rachel et Saint-Dominique. « À la suite de la rencontre avec les enquêteurs, ceux-ci ont été en mesure de déterminer que le jeune homme [M. Barrette] était bel et bien au volant du véhicule lors de la collision avec le cycliste », a confirmé l’agent relationniste du SPVM, Daniel Lacoursière.

 

Deux accusations seront suggérées au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) : défaut d’arrêter lors d’un accident entraînant des lésions corporelles et conduite dangereuse causant des lésions corporelles, a-t-il ajouté.

 

Le cycliste, un homme de 27 ans, a subi des blessures importantes à la tête, mais on ne craint pas pour sa vie.

6 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 13 octobre 2017 16 h 07

    Dans Le Devoir?

    Je suis sidéré de voir que Le Devoir publie une telle nouvelle. Ce n'est pas intyéressant, c'est du mémérage, voire du jaunisme.

    • Sébastien Giroux - Inscrit 14 octobre 2017 00 h 50

      Cette nouvelle doit être publié parce que Mr. Barrette est qui il est. Le contraire serait un problème. L'article est sobre et raisonnable. Si vous voulez du jaunisme, l'article de La Presse vous en donnera plus. Pourtant...

    • Bernard Dusablon - Inscrit 14 octobre 2017 05 h 58

      Les faits c'est les faits. Et quand ca viens le temps de l'integrite morale de nos dirigeant je suis pour entendre et lire 100% des fait et 400% des speculation car il n'y a jamais de fumer sans feu.

  • Madelaine Drolet-Savoie - Abonnée 13 octobre 2017 18 h 36

    Soutien aux parents des deux jeunes

    Autant je peux être critique envers le ministre Gaétan Barrette, autant je manifeste mon soutien aux parents du jeune conducteur ainsi qu'aux parents du jeune cycliste, impliqués dans ce triste évènement.

    Je leur souhaite de pouvoir se consacrer essentiellement aux besoins de leur jeune respectif, de l'écouter-l'écouter-l'écouter, de l'encourager à réagir avec coeur et courage à la catastrophe qui accable chacun d'eux.

    Je leur offre de transmettre à chacun d'eux notre meilleure énergie pour s'en sortir. Je continuerai de penser à eux six.

    D'être comme parents, et d'amener leur jeune à être, hermétiquement sourds aux paroles négatives de tiers, de les bloquer et n'écouter que les sentiments positifs.

    Et d'avoir la générosité mutuelle de parler aux parents de l'autre jeune et de ses besoins, sans arrière pensée.

    Madelaine Drolet-Savoie, abonnée

  • Gilbert Le Blanc - Abonné 14 octobre 2017 07 h 55

    Complétons

    Au risque de mémèrer et sans minimiser quique ce soit, je me demande ce que faisait un cycliste vers minuit? Son vélo avait-il les phares requis? Portait-il un casque?

    Gilbert Le Blanc
    Hope Town

    • Mathieu-Rosaire Fraser - Abonné 14 octobre 2017 11 h 05

      Bonjour M Le Blanc,
      Au risque de paraître arrogant, vos propos font porter le fardeau de la responsabilité ici à la victime de l'accident, non pas à la personne ici prima facie responsable de l'accident.
      Dans la même veine que votre profonde ineptie de commentaire, nous pourrions répondre: que faisait un automobiliste vers minuit. La réponse demeure la même: il se déplaçait d'un point A à un point B, les motifs ne nous regardent pas. Il s'agit d'un moyen de transport tout aussi légitime que la voiture.
      Par ailleurs, vos questions sont juridiquement tendencieuses: il n'existe en droit aucune obligation d'avoir des phares actifs (phares lumineux), seulement des phares passifs, ou plus communément appelés des réflecteurs. Tout comme le port du casque n'est pas obligatoire en droit. C'est regrettable, mais pour autant, cela ne peut mitiger en aucun cas la responsabilité de l'automobiliste en l'espèce.
      Alors, plutôt que de lancer des questions laissant entrevoir une minimisation de la responsabilité de l'automobiliste pour déplacer celle-ci vers le cycliste, la victime, veuillez vous instruire sur le code de la route et cessez de contribuer à un climat public marqué par la désinformation et une intolérance croissante des cyclistes. Puis lâchez votre voiture, vous nous polluez les poumons et l'environnement.