Couillard s'inquiète d’une haine «exprimée très, très concrètement»

Selon M. Couillard, il est temps de réagir fortement en témoignant de sa solidarité, et de se rassembler pour condamner ces gestes.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Selon M. Couillard, il est temps de réagir fortement en témoignant de sa solidarité, et de se rassembler pour condamner ces gestes.

Le premier ministre Philippe Couillard affirme qu’« un seuil a été franchi » avec l’incendie criminel qui a ravagé le véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) et l’attaque contre la grande mosquée de Québec, et qu’il s’agit vraiment d’une « haine exprimée très, très concrètement, et même de violence ».

 

En mêlée de presse dans la circonscription de Louis-Hébert, dans la région de Québec, jeudi, M. Couillard a toutefois ajouté qu’il ne fallait pas « culpabiliser à outrance » étant donné que d’autres sociétés font face aux mêmes enjeux.

 

Le premier ministre a déclaré que les leaders politiques — ainsi que les médias — ont la responsabilité de bien choisir les mots qu’ils utilisent, « d’envoyer les bonnes informations et de participer à ce sursaut de la population contre ce genre de manifestation ».

 

Revenant pour la première fois sur l’incendie criminel du véhicule du président du CCIQ, Mohamed Labidi, provoqué le 6 août, M. Couillard a affirmé qu’il faut se garder de tirer des « conclusions trop hâtives, mais que beaucoup d’éléments pointent vers un crime à caractère haineux ».

 

Le premier ministre s’est dit content de voir que l’ensemble des leaders politiques ont été sur la même longueur d’onde en qualifiant « cet acte-là de répugnant, d’inacceptable pour notre société ».

 

Condamner ces gestes

 

Selon M. Couillard, il est temps de réagir fortement en témoignant de sa solidarité, et de se rassembler pour condamner ces gestes.

 

« Plus les gens qui commettent ces gestes vont se sentir condamnés par la société dans laquelle ils sont, plus j’espère que ce sera difficile pour eux de les commettre », a-t-il affirmé, répondant à plusieurs questions de journalistes sur des gestes à caractère haineux observés à Québec.

 

M. Couillard a aussi fait référence au rassemblement du groupe proche de l’extrême droite La Meute dans un stationnement souterrain cerné par des contre-manifestants à Québec. Des affrontements violents avec la police ont éclaté au sein de la contre-manifestation.

 

« La radicalisation, elle vient de tous les côtés ; la violence, elle vient de tous les côtés. Comme je l’ai dit l’autre jour à la suite des manifestations, que la violence vienne de l’extrême gauche ou de l’extrême droite, elle n’est pas plus acceptable ; que le geste radical violent vienne de membres d’une confession particulière ou de membres de la majorité, ce n’est pas plus acceptable », a-t-il déclaré.

 

Les forces de l’ordre veulent éviter de tirer une conclusion hâtive en ce qui a trait à l’incendie criminel qui a ravagé le véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec. Le lieutenant Jean-François Vézina, du Service de police de la Ville de Québec, a affirmé qu’un « crime haineux » est une « hypothèse envisagée ».

13 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 1 septembre 2017 05 h 56

    « Le lieutenant Jean-François Vézina, du Service de police de la Ville de Québec, a affirmé qu’un « crime haineux » est une « hypothèse envisagée » » (Le Devoir)?

    M. Couillard saute vite aux conclusions. J'estime qu'il devrait se laisser influencer par le lieutenant Vézina dans cette histoire.

  • François Genest - Abonné 1 septembre 2017 06 h 11

    Couillard est plus articulé que Trump

    Trump laisse entendre l'existence d'un mouvement ALT-LEFT équivalent à l'ALT-RIGHT, alord que Couillard dit : « La radicalisation, elle vient de tous les côtés ; la violence, elle vient de tous les côtés. »

    C'est la même rhétorique.

    • Bernard Plante - Abonné 1 septembre 2017 11 h 07

      En effet, la même rhétorique. Par ailleurs, la violence peut aussi provenir d'un gouvernement qui place sa population en austérité injustifiée, la fragilisant et créant ainsi les conditions menant à sa déstabilisation...

    • Robert Beauchamp - Abonné 1 septembre 2017 14 h 41

      En effet, violence est faite aux plus démunis, lorsqu'on coupe dans les services de base. Difficile d'être plus à droite sur l'échiquier politique. Le PLQ est devenu un parti conservateur d'extrême droite: Coupures dans les services, subventions accordées aux industries bien nanties dans les domaines aéronautique, pétrolier... maintien des PPP, nominations partisanes outrancières, augmentations des émoluments chez les mieux nantis de la société; menaces à la liberté d'expression en tenant des discours culpabilisants, est-il possible d'être plus à doite? Couillard n'est-il pas d'extrême droite alors? Et s'il y a menace réelle alors qu'il agisse en neutralisant les intervenants qui par leurs gestes et discours prônent la violence physique au lieu de laisser flotter des rumeurs qui lui servent d'alibi.

    • Emmanuel Rousseau - Inscrit 1 septembre 2017 15 h 27

      C'est vrai ce que vous dites, mais c'était tout de même la bonne chose à dire.

      Même si je n'aime pas
      Philippe Couillard, je crois qu'il est sincère, qu'il cherche des moyens
      de bien cibler le problème et en parler.
      Là où ça casse, c'est que son parti politique n'a pas tellement démontré
      d'empatie pour la population. Quand on affronte les désaccords par
      décrêts législatifs (printemps érable, police, construction);
      qu'on est rongé par des scandales de corruption et qu'on donne des milliards
      sans aucune garantie a des gens déjà très riches (Bombardier)
      les gens vivent l'injustice.

      C'est précisément le problème actuel. L'extrêmisme c'est l'expression collective
      de cette colère, la gauche, la droite, l'anarchisme, le djihadisme
      (nommez-les) ne sont que des convictions, des visions de solutions au problème.
      L'extrêmisme devient alors une justification morale à poser des
      gestes immoraux.

      Il faut donc cesser de s'attaquer aux idées politiques, cesser de s'attaquer
      entre nous, mais attaquer le politique, qui actuellement ne fait à peu près rien
      pour maintenir en santé notre tissu social. Donc en ce sens, ce que vous dites
      est vrai.

  • Jean-François Trottier - Abonné 1 septembre 2017 08 h 00

    Honte à Très Docte Couillard!

    C'est son laisser-faire et sa position faussement protectrice envers les minorités récentes (ou la fausse minorité anglophone) qui, chaque jour, crée de plus en plus un esprit de ghetto au Québec.

    Il refuse les structures d'accueil nécessaires, appelle les anglos à "rentrer au Québec", plaint les petites commmunautés anglaises disséminées sur le territoire, et se la ferme bien dur dès qu'il est question de francophones, où que ce soit et quand que ce soit.
    Les francophones, membres d'une minorité dois-je rappeler, ne sentent jamais le moindre appui et, dès qu'ils parlent, sont taxés de racistes.
    C'est un premier ministre, ÇA ??

    Économiquement il a fermé tous les bureaux de structuration de l'initiative privée régionale. Sauvagement.
    Il a coupé en éducation dont beaucoup dans les services connexes, ce qui forcément touche plus les immigrants que les gens établis.
    En clair il dit aux immigrants qu'ils ont besoin d'être protégés, et ne fait rien en ce sens!
    Du même souffle il accuse les autres d'être racistes. En clair, il parle de problèmes dont il est le premier responsable et en accuse tout un chacun.

    Son comportement ne peut absolument pas être taxé d'erreur. C'est concerté et voulu, sans le moindre doute.
    Climat de ghettos, Couillard, et je suis écoeuré.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 1 septembre 2017 14 h 26

      Voilà, tout est dit! Je suis entièrement d'accord avec vous M. Trottier.

    • Emmanuel Rousseau - Inscrit 1 septembre 2017 15 h 35

      Vous êtes trop précis. Le néo-libéralisme et sa sainte lubie d'une croissance à tout prix a tellement causé d'injustices et de dérèglementation que le balancier est en train de leur revenir en pleine face.

      Un peuple vivant l'injustice fini toujours par se radicaliser et c'est rarement élégant et bien intellectualisé. C'est précisément ce qui se passe partout en occident, l'éclatement d'une structure où l'élite ne vit plus le même monde que ceux qui n'ent font pas parti.

      Une nouvelle révolution est en cours.

  • Serge Picard - Abonné 1 septembre 2017 08 h 30

    La haine morbide de Philippe Couillard

    Le premier ministre Couillard, qui a déjà dit toute la haine morbide que lui inspire le Parti québécois. Le Devoir 16 janvir 2016.

  • Sylvain Bolduc - Abonné 1 septembre 2017 08 h 51

    La table est mise...

    Pour sa fameuse commission sur le racisme systémique des québécois.

    Comme le "hasard" fait bien les choses....