Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le PLQ songe à ne pas adopter de loi sans mesurer ses effets sur les anglophones

    L'offensive de charme auprès de cet électorat sera discutée en congrès

    15 novembre 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Le premier ministre Philippe Couillard tend la main aux anglophones du Québec, qu'il tient à appeler «Québécois de langue anglaise». 
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard tend la main aux anglophones du Québec, qu'il tient à appeler «Québécois de langue anglaise». 

    La Commission politique du Parti libéral du Québec (PLQ) prend à bras-le-corps les préoccupations des troupes de Philippe Couillard pour le sort des Québécois anglophones : elle suggère au gouvernement du Québec de se préoccuper des « citoyens d’expression anglaise » lors de l’élaboration de « tout nouveau projet de loi ou règlement ».

     

    Dans un souci de « maximiser » la participation des citoyens d’expression anglaise à « l’avancement de la société québécoise », la Commission politique présente cinq résolutions concernant les anglophones. Ces résolutions feront l’objet d’un débat et d’un vote de la part des membres du PLQ, qui se réunissent en congrès à Québec du 24 au 26 novembre.

     

    L’une d’elles suggère que le gouvernement du Québec s’assure « d’évaluer, lors de l’élaboration de tout nouveau projet de loi ou règlement, l’impact de ceux-ci sur les citoyens d’expression anglaise et d’inclure à tout nouveau projet de loi, règlement ou politique des dispositions qui les concernent ».

     

    La Commission politique propose aussi de s’assurer « d’avoir une représentativité des personnes issues de ces communautés [anglophones] au sein de la fonction publique et des instances décisionnelles ». Elle suggère également de mandater l’Institut de la statistique du Québec afin qu’il collige « davantage de données et [établisse] un portrait clair et précis de leurs caractéristiques sociodémographiques et des enjeux particuliers qu’ils vivent, notamment ceux qui concernent l’accès aux services publics et au marché de l’emploi ».

     

    La main tendue des libéraux

     

    Les résolutions suivent une série de gestes faits par le gouvernement Couillard afin de tendre la main aux anglophones du Québec, que le premier ministre tient à appeler « Québécois de langue anglaise ». « We need you », leur disait-il en août, dans son discours de clôture du congrès des jeunes libéraux. « Votre présence est nécessaire, désirée. Nous avons besoin de vous pour construire un meilleur avenir pour tous les Québécois », lançait-il en anglais.

     

    Le mois dernier, dans une décision marquant une volte-face de sa part, le premier ministre a nommé la ministre Kathleen Weil responsable « des relations avec les Québécois d’expression anglaise ». Philippe Couillard, qui était opposé depuis 2013 à une telle nomination — sous prétexte qu’elle diviserait les Québécois — a reconnu s’être auparavant trompé. « Quand j’ai rencontré les communautés de langue anglaise, notamment en région, j’ai constaté de leur part, outre une inquiétude, un éloignement, l’impression qu’ils n’ont pas accès aux services publics comme citoyens québécois », a-t-il expliqué au lendemain de son remaniement.

     

    Le leader de son gouvernement, Jean-Marc Fournier, s’est aussi inquiété de la survie de la minorité anglophone québécoise vivant à l’extérieur de Montréal. En juin, les médias ont révélé qu’il avait interpellé la ministre fédérale Mélanie Joly au sujet des risques d’assimilation auxquels les anglophones du Québec s’exposent, à son avis.

     

    Inspiration caquiste

     

    Le 33e Congrès des membres du PLQ sera aussi l’occasion pour la Commission politique de présenter deux résolutions reprenant des idées mises en avant par la Coalition avenir Québec (CAQ). L’une d’elles rappelle un souhait formulé en 2016 par le chef caquiste, François Legault, qui avait dit vouloir rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans ou jusqu’à l’obtention d’un diplôme.

     

    La proposition suggère d’augmenter l’âge d’instruction obligatoire à l’âge de la majorité, mais uniquement « pour les élèves qui n’ont pas obtenu de diplôme d’études secondaires ou de formation professionnelle ». Cette avenue a déjà été évoquée par le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, qui s’est engagé dans sa Politique de réussite éducative à « analyser la possibilité de rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans, ou jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une première qualification ».

     

    Toujours dans le cahier consignant les 200 propositions de sa résolution-cadre, la Commission politique suggère de modifier le Code civil du Québec « de manière à prévoir l’imprescriptibilité des recours civils intentés par les victimes d’agressions sexuelles ». C’est précisément ce que réclame le député caquiste Simon Jolin-Barrette dans un projet de loi qu’il a déposé en mars 2016, et que le gouvernement refuse d’appeler.

     

    La Commission politique du PLQ suggère par ailleurs d’instaurer un recours civil accéléré pour les victimes d’agressions sexuelles et d’investir davantage dans la maîtrise du « français technique » chez les immigrants, afin d’augmenter « l’employabilité des immigrants qualifiés qui parlent déjà le français ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.