Professionnels immigrants formés hors Québec: il faut agir, dit Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard plaide pour la nécessité d’« agir » afin de faciliter l’intégration des professionnels immigrants formés hors Québec devant les ordres professionnels.

 

« Quand je rencontre des gens d’autres professions qui viennent d’ailleurs dans le monde, mais qui ont été formés dans une grande université européenne, et qui ont malgré tout ont de la difficulté à s’intégrer, bien ça me fait de la peine. C’est triste. C’est des tragédies humaines », a-t-il soutenu jeudi avant-midi devant les participants de la Rencontre sur l’accès aux professions réglementées et à l’emploi pour les professionnels immigrants formés hors Québec.

 

Les ministres Stéphanie Vallée (Justice), David Heurtel (Immigration), François Blais (Emploi), Gaétan Barrette (Santé) et Hélène David (Enseignement supérieur) exploreront de concert avec les représentants des 46 ordres professionnels établis au Québec de nouvelles « pistes de solution » afin d’aplanir les « difficultés liées à la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger ».

 

La « Grande rencontre » fait suite à la tenue du Rendez-vous national sur la main-d’oeuvre (février 2017), à la mise sur pied du comité interministériel sur la reconnaissance des compétences des personnes immigrantes (automne 2014) et à l’adoption de la Loi revoyant l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel (juin 2017).

 

Mme Vallée esquissera de nouvelles mesures pour favoriser l’intégration des néo-Québécois au marché du travail au terme des travaux, à huis clos, des participants à la « Grande rencontre », jeudi après-midi.

 

« Le message de l’image, c’est qu’on va travailler ensemble », a souligné M. Couillard, tout en rappelant l’urgence d’agir. Le chef du gouvernement appréhende une pénurie de main-d’oeuvre qualifiée et moins qualifiée sans précédent au Québec. « Dans mon esprit, Québec, c’était un problème de chômage, c’était un problème de pauvreté, c’était un problème de finances publiques toujours déséquilibrées. On n’est plus là. On n’est plus à l’époque où on cherche des emplois. On est à l’époque où on cherche des employés, a déclaré M. Couillard. Il faut également penser aux Québécois, aux Québécoises qui sont déjà chez nous. Donc, la persévérance scolaire, la réussite éducative, de la petite enfance jusqu’à l’enseignement supérieur, prend toute son importance. C’est simple, on ne peut plus se permettre de ne laisser personne de côté. »

 

D’autres détails suivront.

2 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 12 octobre 2017 17 h 26

    Tout a coup apres 15 ans d'inaction

    v'la t'y pas qu'il se réveille.L'hibernation a été longue pour le PLQ.

  • Gilles Gagné - Abonné 12 octobre 2017 20 h 45

    la vertu se réinvente à la sauce plq, qui sera dupé?