Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Racisme systémique: des calculs politiques déplorables

    Philippe Couillard ne peut pas remettre en cause la consultation sous prétexte qu’il a perdu Louis-Hébert, disent des organismes

    5 octobre 2017 | Québec
    Lisa-Marie Gervais à Québec
    Marco Bélair-Cirino à Québec
    Mercredi matin, le premier ministre Philippe Couillard avait laissé entendre qu’il était disposé à annuler la consultation sur la discrimination systémique et le racisme.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Mercredi matin, le premier ministre Philippe Couillard avait laissé entendre qu’il était disposé à annuler la consultation sur la discrimination systémique et le racisme.

    Les membres de la Table de concertation contre le racisme systémique ont dénoncé la politisation et l’ingérence du premier ministre dans la consultation sur le sujet, indiquant que c’est précisément cela qui est en train de faire dérailler le processus. Dans un point de presse mercredi, ils ont jugé « déplacées » les déclarations faites par Philippe Couillard au sujet de sa déconfiture à l’élection partielle, qui ouvraient la porte à l’annulation de la consultation sur la discrimination et le racisme systémique.

     

    « Si le premier ministre aujourd’hui déclare qu’à cause de ses résultats électoraux dans Louis-Hébert il faut repenser la consultation, c’est qu’il n’a pas compris ce que ça veut dire, l’indépendance de la Commission des droits de la personne [et des droits de la jeunesse]. Ce n’est plus Philippe Couillard, le boss, c’est la Commission des droits de la personne », a insisté Émilie Nicolas, l’une des porte-parole de la Table de concertation contre le racisme systémique. « Les calculs électoraux des libéraux et la saison électorale, ça n’a strictement aucun rapport avec le mandat que s’est fait donner la Commission. »

     

    L’exercice consultatif est trop important pour qu’il soit soumis au jeu politique et récupéré par des intérêts partisans, a indiqué pour sa part Haroun Bouazzi, président de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec. « C’est un problème de société profond qui demande du tact. »

     

    Pour la Table de concertation, ce serait une déception si la consultation était annulée. « Mais on le serait aussi si ça se tenait tout croche. Et quand on a de l’ingérence politique dans ce qui doit être indépendant, c’est croche », a soutenu Émilie Nicolas. « Il ne faut pas d’ingérence. On veut un exercice qui soit serein et quand on se crie par la tête à l’Assemblée nationale, ce n’est pas ce que j’appelle de la sérénité. »

     

    Conditions de réussite

     

    Pour qu’il soit réussi, l’exercice consultatif doit se tenir à certaines conditions : la garantie de son indépendance, mais également de sa transparence. « Imaginez une seconde une consultation sur l’égalité entre les hommes et les femmes et qu’on veuille cacher les femmes victimes de sexisme », a renchéri M. Bouazzi. Il doit aussi être doté des moyens en temps et en argent, a-t-il rappelé, évoquant ainsi les critiques de l’opposition devant l’ajout de 400 000 $ portant à 900 000 $ le budget de la consultation. « Juste en pub pour la Charte des valeurs, ça a coûté 1,9 million ! »

     

    Samira Laouni, coprésidente de la Table de concertation, déplore que certains Québécois voient dans l’exercice une manière de les accuser de racisme. « Certains médias, et je dis bien certains médias, jouent beaucoup avec les terminologies pour monter les citoyens les uns contre les autres. On a bien compris le message, nous l’entendons, le vivons sur le terrain : ce ne sont pas nos concitoyens qui sont racistes, mais les institutions », a-t-elle insisté.

     

    Haroun Bouazzi rappelle qu’il est important de distinguer le racisme systémique, celui des institutions, de ce qui ne l’est pas, comme les actes isolés. « Une femme qui se fait cracher dessus dans la rue — malheureusement, ça existe — parce qu’elle porte un foulard, ce n’est pas un acte de racisme systémique. Mais ça le devient quand la police de Sherbrooke refuse de prendre la plainte de cette femme-là. »

     

    Possible annulation

     

    Mercredi matin, le premier ministre avait laissé entendre qu’il était disposé à annuler la consultation sur la discrimination systémique et le racisme et qu’il allait discuter de cette possibilité avec les membres du caucus libéral.

     

    En après-midi, le député de Mercier, Amir Khadir, a rencontré M. Couillard et la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, afin d’améliorer le processus de consultation, notamment « pour être sûr que personne au Québec [ne] puisse continuer à croire que c’est le procès des Québécois ». « La rencontre a été positive et l’écoute, attentive. Nous espérons que notre échange pourra contribuer à trouver des solutions pour surmonter les appréhensions concernant cette consultation », a-t-il affirmé au Devoir, dans la foulée de sa rencontre.

     

    Pour leur part, le Parti québécois et la Coalition avenir Québec demandent tous deux au gouvernement libéral d’en finir. « M. Couillard s’entête aujourd’hui. Il veut sauver la face. L’important, c’est qu’on agisse, qu’il n’y ait pas de procès et qu’il y ait de l’action », a lancé le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée.

     

    M. Couillard songe à revoir les modalités de la consultation. Il balaie cependant l’idée d’annoncer une série de mesures visant à enrayer la discrimination et le racisme au Québec sans avoir entendu préalablement des victimes. « Il faut laisser les gens s’exprimer aussi. On ne peut pas juste dire : “On va dicter nos solutions” », a-t-il fait valoir. Le forum public qui doit réunir plusieurs experts et acteurs du milieu pourrait donc avoir lieu comme prévu en novembre, à Montréal.


    Confiance en la CDPDJ

     

    La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a été plongée dans la tourmente après des révélations au sujet de la gestion autoritaire de sa présidente, Tamara Thermitus. Cette organisation doit-elle continuer à piloter la consultation sur la discrimination et le racisme systémique ? « On est encore dans les spéculations, et j’aimerais que la Commission réponde aux questions de journalistes et aux questions hypothétiques qui sont soulevées », s’est contentée de dire Émilie Nicolas.

     

    Pour Nicole Filion, de la Ligue des droits et libertés, la « crise » à la Commission des droits a été instrumentalisée pour faire dérailler la consultation. « On pense que la Commission pourrait même avoir le pouvoir de décider elle-même de mener cette consultation. Je ne suis pas en train de dire que c’est ce qu’elle va faire, mais ça fait partie de ses mandats. »

     

    Haroun Bouazzi en a profité pour réitérer l’importance de la consultation. « Lutter pour l’égalité, contre le racisme, c’est quelque chose de noble dans une société et je pense que c’est une occasion qu’on a pour montrer qu’on est capable en tant que société, en tant que nation québécoise, de mener à bien l’exercice. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.