Couillard défend une candidature de 8e choix dans Louis-Hébert

Avec l’ex-attachée politique de Sam Hamad, Ihssane El Ghernati, le Parti libéral du Québec dit miser sur une «candidature de représentation locale».
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Avec l’ex-attachée politique de Sam Hamad, Ihssane El Ghernati, le Parti libéral du Québec dit miser sur une «candidature de représentation locale».

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a dû se défendre dimanche d’avoir à se rabattre sur une candidature de huitième choix dans Louis-Hébert, après le départ du candidat Éric Tétrault, poussé vers la sortie mercredi en raison d’un rapport qui a conclu qu’il avait harcelé certains de ses anciens employés.

 

Avec l’ex-attachée politique de Sam Hamad, Ihssane El Ghernati, le Parti libéral du Québec (PLQ) dit miser sur une « candidature de représentation locale », à défaut d’avoir pu garder la « candidature économique » que représentait Éric Tétrault.
 

« On est entrés dans une nouvelle phase », a convenu Philippe Couillard. « Des profils de candidats, il y en a plusieurs, selon les circonstances et selon les comtés. Et on a jugé, avec nos militants, que le choix d’une candidature avec une représentativité locale forte, c’est ce qu’il nous fallait », a-t-il dit.

Photo: Facebook / Ihssane El Ghernati
 

Selon des informations que le premier ministre ne nie pas, Ihssane El Ghernati est la huitième candidate à être pressentie par le PLQ pour briguer les suffrages dans Louis-Hébert. Pourquoi ne pas l’avoir sollicitée avant ? « Parce qu’on avait également la possibilité d’une candidature de profil économique », a répondu le chef libéral, en faisant référence au candidat désavoué Éric Tétrault. « On sait comment tout ça a tourné et, franchement, je n’ai pas aimé tellement l’épisode moi non plus. […] On doit maintenant se concentrer sur la représentativité des citoyens », a-t-il affirmé.

 

Tout n’est cependant pas gagné dans cette circonscription — qui est pourtant un bastion libéral —, a averti le premier ministre. « Chaque parti, dans une élection, se soumet à un test. Paradoxalement, c’est souvent un défi plus important pour le parti au pouvoir, parce que c’est lors d’une partielle que les questions, parfois, sont soulevées, que certaines insatisfactions sont entendues », a-t-il déclaré.

 

L’élection partielle dans Louis-Hébert a pris une tournure rocambolesque mercredi, quand les candidats caquiste et libéral se sont désistés en raison d’allégations de harcèlement au travail. « [Il n’y a] pas juste nous, [il y a] un autre parti politique, également, qui a eu des problèmes de candidature qui ont dû l’emmener à faire un autre choix », n’a d’ailleurs pas manqué de souligner Philippe Couillard dimanche, au terme du Forum des idées pour le Québec, organisé à Saint-Hyacinthe.

 

À 200 kilomètres de là, dans la circonscription de Louis-Hébert, la Coalition avenir Québec (CAQ) a officialisé la candidature de Geneviève Guilbault. La porte-parole et responsable des communications du Bureau du coroner prendra le relais de Normand Sauvageau, lui aussi parti dans l’embarras mercredi. « Geneviève est une candidate de grande valeur, promise à jouer un rôle important au sein d’un futur gouvernement de la CAQ. C’est une professionnelle, une communicatrice de grand talent, une femme déterminée, très engagée. Et, surtout, une femme intègre », a déclaré le chef de la CAQ, François Legault.

10 commentaires
  • André Tremblay - Abonné 10 septembre 2017 17 h 44

    DÉCIDEMMENT....

    Au moins, elle, elle doit aussi connaître tous les poteaux "rouges" du comté... Contrairement à son prédécesseur qui avait été "parachuté" parce qu'on voulait un candidat "au profil économique". Et au "PiLQuiou" on sait ce que le mot économie veut dire: coupures sauvages pour ensuite distribuer des bonbons la veille des élections....

    • Gilles Théberge - Abonné 11 septembre 2017 09 h 36

      Sans oublier que la candidate caquiste à aussi des ramifications libérales, ayant été, récemment, employée du parti, tenez vous bien, libéral, dans un cabinet ministériel.

      En plus elle a travaillé sous les ordres de Éric Tétreault, l'ex candidat libéral.

      Peut-on avoir une situation plus rocambolesque que ça...?

      Misère, si le monde ne vote pas pour le PQ, nous devrons conclure qu'ils sont bouchés!

    • Donald Bordeleau - Abonné 11 septembre 2017 11 h 50

      Mais de présenter une femme dans ce comté c'est une bonne idée pour promouvoir la présence des femmes en politique.

      Mais les innombrables coupures du PLQ dans les Forums Jeunesse et Le budget du Conseil du statut de la femme (CSF) vient de passer à la moulinette de l'austérité pour 460,000$ en fermant sept bureaux régionaux.

      Stéphanie Vallée, à sabrer 700000$ dans le budget accordé à 16 organismes d’aide à l’emploi des femmes.

      http://journalmetro.com/actualites/national/793776

      Les conséquences sont des milliers de perte d'emplois, de briser les acquis pour l'implication des femmes sur les CA et le peu de présence des femmes leaders lors des séances d'informations du DGE pour la présence de plus de femmes en politique.

      L'austérité est un cadeau du PLQ contre les femmes pour le développement social dans notre société. Un net recul!
      Geneviève Guilbault a été attachée de presse adjointe au bureau du ministre de la Sécurité publique de l'époque, Jacques Dupuis durant ces années.

      Ca brassait beaucoup au ministère de la Sécurité publique suite à une demande de port d'armes de Coretti.

      Un petit rappel des implications de Perrino et de Dupuis

      http://www.journaldemontreal.com/2017/02/22/corett

  • Pierre Valois - Abonné 11 septembre 2017 08 h 26

    Un titre pour madame

    Il y a eu mme Post- it. Il y a maintenant madame Post-Hamad, qu'il faut prendre bien soin de bien articuler son orthographe, de crainte de tomber dans une homophonie qui pourrait reveiller de vieux souvenirs.

  • Christian Montmarquette - Inscrit 11 septembre 2017 08 h 39

    Une représentante des citoyens en 8e choix

    Faute d'avoir pu imposer un représentant de la classe économique dans Louis Hébert. Couillard se résout à accepter en 8e choix une représentante des citoyens.

    C'est tout dire..

    Christian Montmarquette

    • David Cormier - Abonné 11 septembre 2017 11 h 13

      Depuis quand avez-vous quelque chose à dire de négatif sur le PLQ?

    • Christian Montmarquette - Inscrit 11 septembre 2017 13 h 53

      À David Cormier,

      PQ, PLQ ou CAQ : Trois partis. Un seul combat néolibéral.

      On avancera à rien au Québec en remplaçant éternellement les néolibéraux rouges du Parti libéral, par les néolibéraux bleus du PQ ou de la CAQ.

      Ça vous va comme ça?

    • David Cormier - Abonné 11 septembre 2017 16 h 55

      Toujours les mêmes propos ridicules. Pour mettre le PQ dans le même panier que la CAQ et le PLQ, il faut vraiment souffrir d'aveuglement idéologique grave. Mais on commence à être habitué.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 12 septembre 2017 18 h 32

      David Cormier,

      "Pour mettre le PQ dans le même panier que la CAQ et le PLQ, il faut vraiment souffrir d'aveuglement idéologique gravee ne vois pas en quoi le PQ est différent du Parti libéral.."-David Cormier

      Je ne vois pas en quoi le PQ si est différent du Parti libéral..

      Quand on sait que PQ =

      Libre-échange néolibéral; dogme du déficit zéro; politiques d'austérité; attaques aux services publics par le retrait de 17,000 employés.es en Santé et en Éducation; Coupures dans l'aide sociale; déduction des pensions alimentaires aux enfants des prestations d'aide sociale; désinstitutionnalisation et mise à la rue des malades mentaux sans services et sans suivi; 10 milliards par année de cadeaux aux banques et aux multinationales; 800 millions en cadeaux aux multinationales minières étrangères en 2013; Appui au passage du pétrole sale bitumineux d’Alberta d'Enbrige; rejet de Pharma-Québec; 28 ans sans référendum en 2022; augmentations records des tarifs d'électricité; attaque aux syndicats et coupures de 20% salaires de la fonction publique par René Lévesque ; développement du gaz de schiste à Anticosti; construction d'une centrale électrique à Val-Jalbert; 5,6 millions de fraudes électorales*; rejet du scrutin proportionnel en 2011; trahisons d’engagements électoraux : maintien de la taxe-santé; augmentation des frais de scolarité et coupures dans l’aide sociale entre 2012 et 2014.

      Comme parti de l'opposition qui fait en gros la même chose que le Parti libéral quand il est au pouvoir. Le Parti québécois est intrinsèquement devenu une entrave à la démocratie en usurpant la place d'une véritable alternative politique aux libéraux.

      Christian Montmarquette

      
Référence 

:

      * À 5,6 millions de fraudes au PQ, la corruption est aussi systémique qu'au Parti libéral:

      "Au cœur du financement sectoriel au PQ- Radio-Canada, 19 juin 2014 



      .

  • Michel Lebel - Abonné 11 septembre 2017 08 h 46

    Les jeux sont-ils faits?

    Diable! Bien mauvais signal, si c'est le 8è choix! Les libéraux ont-ils déjà lancé la serviette?

    M.L.