Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les jeunes libéraux majoritaires pour la création d’un ordre des enseignants

    12 août 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Sherbrooke | Québec
    Le président de la Commission-Jeunesse, Jonathan Marleau, lors d'une conférence de presse en avril dernier
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le président de la Commission-Jeunesse, Jonathan Marleau, lors d'une conférence de presse en avril dernier

    La Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) a adopté samedi à la majorité une proposition en appui à la création d’un ordre professionnel pour les enseignants.

     

    Les jeunes libéraux ont dit souhaiter que le gouvernement du Québec entame « une réflexion sur un encadrement de la profession d’enseignant qui pourrait mener à la mise en place d’un ordre professionnel », qui astreindrait notamment les enseignants à suivre de la formation continue.

     

    « On veut rééquilibrer le pouvoir, en sachant qu’un ordre, ce n’est pas parfait, mais c’est perfectible », a fait valoir le président de la Commission-Jeunesse, Jonathan Marleau. « Par applaudissements, à qui c’est déjà arrivé d’avoir un professeur qui avait des problèmes avec un ordinateur ? », a-t-il aussi demandé, avant de plaider en faveur de la formation continue.

     

    Sur place, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, s’est limité à dire que « tout est sur la table pour valoriser le rôle des enseignants ».

     

    « Ils sont dans une réflexion à l’égard d’un ordre, j’ai dit à ce sujet-là : nous, on veut mettre en place un bouquet de mesures, un plan pour faire en sorte de valoriser le rôle des enseignants, d’intéresser les gens à la profession, les rendre fiers d’y être », a-t-il déclaré.

     

    Dans la salle de l’Université Bishop’s où les jeunes libéraux sont réunis, certains se sont approchés au micro pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme des critères d’entrée trop peu sévères pour les étudiants au baccalauréat en éducation. D’autres ont plutôt insisté sur l’importance du recrutement, difficile dans certaines régions, ou plaidé pour un réinvestissement en éducation.

     

    Les syndicats en enseignement ont réitéré leur opposition à la création d’un ordre des enseignants dès l’annonce des discussions à ce sujet. « Un ordre professionnel vise la protection de la population, qui est ici déjà bien protégée. La profession enseignante est déjà très bien encadrée, notamment avec la Loi sur l’instruction publique, le protecteur de l’élève et la vérification des antécédents judiciaires », a notamment déclaré la Centrale des syndicats du Québec, qui représente 100 000 membres œuvrant dans le domaine de l’éducation.

     

    La Commission-Jeunesse a par ailleurs adopté une proposition visant à rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans. Son congrès se poursuit dimanche, à l’Université Bishop’s de Sherbrooke.

    Les jeunes libéraux envisagent une brèche dans la loi 101

    Sherbrooke — Les jeunes libéraux proposent une brèche dans la loi 101 : ils veulent donner aux francophones l’accès à l’école primaire anglaise. Il s’agit d’une proposition qui sera débattue dimanche au congrès de la commission jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ), à l’université Bishop’s, à Sherbrooke. Le premier ministre Philippe Couillard n’a pas fermé la porte en affirmant qu’« il y a des mises en commun qui sont possibles ». Le projet de résolution, déposée par les jeunes libéraux de Montréal, fait valoir qu’il manque de places dans les écoles françaises de Montréal tandis que le réseau scolaire anglophone est sous-utilisé.

    La Presse canadienne













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.