Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Autoroute 13

    Le MTQ et la SQ ont décidé tardivement de faire venir des autobus

    17 mars 2017 | Isabelle Porter à Québec | Québec
    Le premier ministre Philippe Couillard, accompagné de ses ministres de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et des Transports, Laurent Lessard, a présenté ses excuses pour le cafouillage durant la tempête.
    Photo: Radio-Canada Le premier ministre Philippe Couillard, accompagné de ses ministres de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et des Transports, Laurent Lessard, a présenté ses excuses pour le cafouillage durant la tempête.

    La chronologie des événements du ministère des Transports révèle que la Sûreté du Québec et le ministère des Transports ont attendu jusqu’à 2 h du matin avant de réquisitionner des autobus pour accueillir les automobilistes coincés sur l’autoroute lors de la tempête de mardi soir.

     

    Selon le document, le MTQ a décidé de recourir à des bus pour permettre aux personnes de se tenir au chaud à la suite de l’appel du responsable de la Sûreté du Québec. Il était alors 2 h 00. C’est finalement le Service des incendies de Montréal qui s’en chargera, deux heures plus tard.

     

    Selon sa propre chronologie, le MTQ savait depuis au moins quatre heures (21 h 40) que « plusieurs véhicules » étaient enlisés sur l’autoroute 13. L’enlisement des poids lourds à l’origine du blocage remontait quant à lui à 18 h 30.

     
     

    D’après le Syndicat de la fonction publique, le MTQ a été avisé dès 20 h des problèmes puisque des patrouilleurs affectés à la surveillance de l’autoroute 13 ont « demandé des renforts » en vain à partir de ce moment-là.

     

    La SQ relève de ses fonctions un officier responsable

     

    Jeudi, la Sûreté du Québec a reconnu qu’elle était intervenue trop tard pour venir en aide aux centaines de personnes qui sont restées prises dans leur voiture pendant la nuit. Elle a d’ailleurs relevé de ses fonctions l’officier qui était responsable des opérations.

     

    Du côté du MTQ, la personne qui coordonnait les opérations du ministère pendant la tempête était Patrick Gadoury, chef des opérations au Centre intégré de la gestion de la circulation (CIGC).

     

    Pour l’instant, au MTQ, seule la sous-ministre adjointe responsable de la sécurité civile a porté le blâme des ratés du MTQ. Or, si elle perd son mandat à la sécurité civile, Anne-Marie Leclerc conserve toutefois son poste de sous-ministre adjointe.

     

    Le document du MTQ fournit par ailleurs une partie d’explication sur l’absence du ministère des Transports à la conférence téléphonique convoquée par la Sécurité civile de Montréal à 01 h 20. Le responsable du MTQ, écrit-on, « n’a pu se joindre à la conférence compte tenu du volume important d’appels des usagers au 511 », où seulement deux préposés répondent au téléphone.

     

    Rappelons que la chronologie du maire de Montréal, Denis Coderre, mentionnait que non seulement le MTQ était absent de la deuxième réunion, mais que lors de la première réunion, vers minuit, il avait omis de mentionner que des citoyens étaient « pris sur l’autoroute ».

     

    La chronologie du MTQ révèle en outre que son responsable de la Sécurité civile à Montréal n’a pas été contacté lors de la réunion de minuit à laquelle participaient tous les intervenants (Sécurité civile de Montréal, MTQ, SPVM, pompiers, etc.).

     

    En plus des appels au 511, un total de 317 appels en provenance de l’autoroute 13 ont été faits au 911 pendant la nuit, selon des informations colligées par les automobilistes qui ont lancé une action collective jeudi.

    La chronologie des événements, selon le MTQ 14 h 30 Début des opérations.

    18 h 30 Enlisement des poids lourds sur l’A-13.

    21 h 40 Plusieurs véhicules enlisés en plus des poids lourds.

    22 h 00 Le surveillant du contrat de déneigement contacte le sous-traitant du MTQ Roxboro pour pouvoir évacuer les gens dans un corridor de sécurité. Roxboro dit que tous ses camions sont en circulation.

    0 h 00 Première conférence téléphonique avec la SQ, la Sécurité civile de Montréal et les pompiers. Nouveaux appels à Roxboro.

    1 h 00 La SQ avise le MTQ que le scénario d’évacuation a échoué.

    1 h 30 Deuxième conférence téléphonique en l’absence du MTQ.

    2 h 00 Appel de la SQ au MTQ qui réquisitionne des autobus pour réchauffer les usagers en attente.

    3 h 06 Le MTQ avise la SQ que les pompiers ont été sollicités pour aider les gens.

    3 h 15 Le MTQ avise la Sécurité civile que la SQ a demandé d’obtenir des autobus.

    3 h 43 La SQ confirme au MTQ que les pompiers sont en route.

    5 h 25 Arrivée des autobus.

    Les premières sanctions tombent Alors que les autorités font l’autopsie du « cafouillage majeur » survenu lors de la tempête des derniers jours, plusieurs responsables sont mis au rancart ou suspendus dans la foulée de ces événements :

    Sûreté du Québec Le corps de police a suspendu de ses fonctions l’officier responsable de la gestion de la tempête sur l’autoroute 13. « C’est clair qu’il y a des choses qui n’ont pas été faites correctement », a souligné un porte-parole. L’officier a été réaffecté à des tâches administratives.

    Ministère des Transports Contrairement au ministre Laurent Lessard, qui demeure en poste, la sous-ministre responsable de la sécurité civile et de la coordination des mesures d’urgence, Anne-Marie Leclerc, est « relevée de ses fonctions ». Celle-ci n’aurait pas « déclenché le processus de sécurité civile », même si tous les indicateurs montraient que cela devait être fait, selon M. Lessard. La direction des communications du MTQ a également été fustigée, à l’interne, pour le manque de réaction du réseau 511 Info-Transports.

    Roxboro Excavation Le sous-traitant qui assure le déneigement de l’autoroute 13 fait l’objet d’une enquête administrative du MTQ, qui « prendra toutes les mesures pour mettre fin au contrat », selon M. Lessard. Le MTQ n’a pas précisé jeudi soir si d’autres sous-traitants pourraient faire l’objet de mesures semblables dans la foulée des incidents de mardi et mercredi.
    Philippe Orfali

    L’enquête sur le cafouillage de l’autoroute 13 est confiée à Florent Gagné L’« enquête externe » commandée jeudi par le premier ministre Philippe Couillard sera pilotée par un ex-haut gradé de Transports Québec qui avait défendu envers et contre tous son ministère devant la commission Charbonneau.

    Florent Gagné a été sous-ministre des Transports de 1989 à 1994 avant de devenir directeur général de la Sûreté du Québec de 1998 à 2003. Devant la commission d’enquête sur la corruption dans le domaine de la construction, en 2014, il avait qualifié le MTQ de « victime » de la collusion orchestrée par des entreprises privées. La commission tentait alors de comprendre les motifs de son inaction dans ce dossier.

    M. Gagné s’est attiré à l’époque des remarques acerbes de la juge France Charbonneau. « Est-ce que les gens savaient que vous ne vouliez pas savoir ? » lui a-t-elle lancé. M. Gagné, sonné, avait répondu : « Je voulais savoir. » Mais il n’entendait que « des rumeurs et des soupçons » sur la collusion.

    Malgré cette humiliation publique, c’est vers M. Gagné que s’est tourné Philippe Couillard pour son enquête externe.

    La décision a été vertement critiquée par la Coalition avenir Québec. « Je peux comprendre Philippe Couillard de l’avoir nommé : c’est un bon fonctionnaire libéral. On connaît déjà les conclusions de son futur rapport. On demande à un homme qui a volontairement fermé les yeux sur le système d’extras et de corruption au MTQ d’enquêter sur les pratiques du MTQ. C’est inacceptable. Il n’est pas digne de confiance », a affirmé Nathalie Roy, la porte-parole du parti en matière d’intégrité.
    Philippe Orfali












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.