Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    Dès votre premier budget, vous nous décevez, Madame Plante

    13 janvier 2018 | Jean Chenay Sherbrooke, le 11 janvier 2018 | Montréal

    Deux mois à peine après votre élection, vous choisissez d’agir comme l’aurait fait votre prédécesseur. Face aux difficultés budgétaires, il vaut mieux augmenter les taxes la première année, ainsi les contribuables auront quatre ans pour oublier que vous aviez promis un gel de taxes. C’est ce que vous avez fait, vous, Madame Plante.

     

    Dommage, car votre victoire est grandement ternie. Vous aviez promis, Madame la Mairesse, de geler les taxes. Il vous incombait de trouver une façon de tenir vos promesses. Mais, tout comme le ferait un vieux politicien, vous avez augmenté les taxes malgré vos promesses, et ce, en misant sur le fait que les contribuables auront quatre ans pour oublier que vous agissez comme n’importe quel politicien traditionnel.

     

    Madame, votre sourire a beaucoup perdu de son éclat depuis hier. Si vous aviez été différente, vous auriez remis une hausse de taxes à l’an prochain en profitant de 2018 pour bien expliquer le pourquoi de ces hausses. Vous auriez ainsi respecté votre parole. Ce que vous avez vraiment négligé, Madame Plante. Dommage, car vous promettiez plus.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.