Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Tests de sirènes à 14h mardi à Montréal

    14 novembre 2017 11h05 |La Presse canadienne | Montréal
    Photo: Ministère de la Sécurité publique du Québec

    Les Montréalais qui entendront retentir le bruit de sirènes autour de 14 h, mardi, ne devront pas courir aux abris.

     

    Le ministère de la Sécurité publique du Québec et le Centre de sécurité civile de Montréal procéderont alors à des tests afin de vérifier le bon fonctionnement des équipements et le niveau de préparation des intervenants en mesures d’urgence en cas de catastrophe industrielle toxique.

     

    À 13 h 55, le ministère de la Sécurité publique testera son système « Québec en alerte » dans l’agglomération de Montréal. Un message d’essai, précisant qu’il ne s’agit pas d’une catastrophe réelle et qu’il n’y a pas de danger pour la santé ou la sécurité des citoyens, sera diffusé à la radio, à la télévision, sur le site Internet du ministère et sur son compte Twitter.

     

    Tout de suite après, à compter de 14 h, neuf usines du grand Montréal actionneront leur sirène d’alerte à la population, tour à tour pendant trois minutes chacune, dans le cadre d’un test coordonné par le Centre de sécurité civile de Montréal.

     

    Les sirènes seront ainsi testées aux centres de distribution Pêcheries atlantiques et Viandes et surgelés de Metro Richelieu, à la pétrochimique Indorama, à l’usine de soufre de Suncor, aux brasseries Molson Coors et Labatt, chez Saputo (complexes Saint-Laurent et Saint-Léonard) et chez Parmalat.

     

    Ces tests permettent aussi aux autorités de rappeler à la population les consignes en cas d’alerte de fuite de produit toxique. Les personnes se trouvant à l’extérieur devraient entrer rapidement dans le bâtiment le plus près et fermer portes, fenêtres et ventilation. On ne devrait pas non plus aller chercher les enfants à l’école afin de ne pas se mettre — ou les mettre — en danger, et on devrait éviter d’engorger inutilement les lignes téléphoniques.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.