Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Une place pour les autochtones sur le drapeau de Montréal

    14 septembre 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Arbre de la paix, de l’harmonie et de la concorde, le pin blanc s’ajoute au lys, à la rose, au chardon et au trèfle déjà présents sur le drapeau pour rappeler les «peuples fondateurs».
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Arbre de la paix, de l’harmonie et de la concorde, le pin blanc s’ajoute au lys, à la rose, au chardon et au trèfle déjà présents sur le drapeau pour rappeler les «peuples fondateurs».

    Le drapeau de Montréal comporte désormais un pin blanc pour représenter la contribution des peuples autochtones à l’histoire de la ville. Le nouveau drapeau ainsi que le changement de nom de la rue Amherst sont nécessaires au processus de réconciliation avec les peuples autochtones, estime le maire Denis Coderre.

     

    Arbre de la paix, de l’harmonie et de la concorde, le pin blanc s’ajoute au lys, à la rose, au chardon et au trèfle déjà présents sur le drapeau pour rappeler les « peuples fondateurs », soit les Français, les Anglais, les Écossais et les Irlandais. Les autochtones étaient absents et Montréal a voulu remédier à cette omission en redessinant le drapeau et les armoiries de la Ville. Le comité chargé de suggérer un symbole a choisi le pin blanc, un arbre indigène au Canada.
     

     

    « Pour des gens qui ont été oubliés pendant si longtemps, c’est très émouvant de recevoir cet appui », a déclaré avec émotion Christine Zachary-Deom, chef du conseil de bande à Kahnawake, mercredi lors de la cérémonie de levée du drapeau qui coïncidait avec le 10e anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

     

    « C’est un geste important que la Ville pose aujourd’hui », a pour sa part dit Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.

     

    La rue Amherst

     

    Denis Coderre a réaffirmé son intention de changer le nom de la rue Amherst, comme le révélait Le Devoir mercredi. « Le général Amherst va prendre le bord », a-t-il dit sans toutefois fixer d’échéancier. « Ça va aller assez vite. Fiez-vous sur moi. »

     

    Rappelons qu’après la Conquête de 1763, l’officier britannique Jeffery Amherst avait ordonné la propagation de la variole chez les Amérindiens afin de les exterminer.

     

    La Ville n’a pas encore déterminé le nouveau nom qui sera donné à la rue. « Ça pourrait être un chef autochtone. Ça pourrait être “l’avenue de la Réconciliation”. On ne sait pas », a indiqué le maire.

     

    Ghislain Picard a salué cette décision : « Il y a des pages de notre histoire collective qu’il nous faut tourner et qu’il nous faut oublier. […] Avoir une rue au nom d’Amherst à Montréal est une insulte à notre peuple et à son histoire ».

     

    Au-delà des gestes symboliques, la démarche de réconciliation préconisée par Montréal se traduira par d’autres actions à définir. Ghislain Picard a évoqué des enjeux d’itinérance, d’éducation et d’intégration tout en rappelant que Montréal comptait 150 organisations autochtones sur son territoire.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.