Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    La course de Formule E reviendra au centre-ville de Montréal

    Le maire Denis Coderre répète que le déménagement au circuit Gilles-Villeneuve est impossible

    12 septembre 2017 22h37 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Le maire de Montréal, Denis Coderre
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le maire de Montréal, Denis Coderre

    Denis Coderre n’en démord pas. Le grand prix de Formule électrique reviendra l’an prochain et il se déroulera au centre-ville, quoi qu’en pensent les résidents mécontents du secteur.

     

    Des citoyens ont profité de l’assemblée du conseil d’arrondissement de Ville-Marie mardi soir pour interpeller le maire Coderre et lui rappeler l’expérience pénible qu’ils ont vécue en juillet dernier.

     

    Une citoyenne a dressé une longue liste des inconvénients subis avant et pendant la tenue de la course automobile : travaux d’asphaltage, de montage et de démontage de nuit, suppression de lignes d’autobus, déplacements pénibles à l’intérieur des « cages » et musique tonitruante à partir de 7 h le matin les 29 et 30 juillet. Ces nuisances ont engendré beaucoup de stress et perturbé le sommeil des résidents des alentours, a déploré une citoyenne. « Monsieur le maire, vous avez été élu pour prendre soin de Montréal et de ses habitants, donc de leur qualité de vie. Allez-vous vraiment refaire cette course à Montréal ? », a-t-elle demandé.

     

    Le maire a soutenu que ce type d’événement n’allait jamais faire l’unanimité et que même Paris avait dû faire face à la grogne. « C’était une première. C’est clair qu’il y a des choses qui sont perfectibles », a indiqué M. Coderre. « Mais il y a une vaste majorité de la population qui était tout à fait en accord avec cet événement. »


    Réduire les nuisances
     

    Le maire a promis que des mesures seront mises en place pour réduire les nuisances, mais, a-t-il ajouté, il est hors de question de déménager l’événement au circuit Gilles-Villeneuve : « Le président de la Fédération internationale automobile a dit qu’il était tout à fait impossible de faire cet événement au circuit Gilles-Villeneuve et que ça demanderait des coûts supplémentaires de plusieurs dizaines de millions de dollars. Et de toute façon, l’an prochain, on refait les nouveaux paddocks pour assurer la pérennité de la Formule 1 ».

     

    De son côté, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, a promis que si son équipe était portée au pouvoir en novembre, la course de Formule E se déroulerait au circuit Gilles-Villeneuve. Et elle s’est engagée à rendre publiques les ententes avec les promoteurs de l’événement et à dévoiler le nombre de billets vendus, ce que la Ville n’a pas voulu faire.

     

    Le responsable de la stratégie du centre-ville de l’administration Coderre, Richard Bergeron, a affirmé avoir fait du porte-à-porte pendant 4 soirs afin de rencontrer les citoyens enclavés. Il a ainsi pu s’entretenir avec 115 résidents. « J’ai eu 4 résidents sur 115 qui n’étaient pas contents. Avec les 300 autres [qui ont participé aux séances publiques d’information], je suis arrivé à un taux [de satisfaction] de 97 % », a-t-il expliqué. « J’ai constaté que parmi la population qui, prétendument, souffrait à n’en plus finir, 97 % étaient bien contents. C’est factuel. Il y a des limites à dire que le monde n’était pas content. »


    Cocotte était épuisée Le cheval de calèche qui s’est effondré dans le Vieux-Montréal le 4 septembre dernier souffrait d’épuisement, ont conclu les vétérinaires qui l’ont examiné. La jument, qui porte le nom de Cocotte, avait travaillé 3 jours au cours des 7 jours précédents, a expliqué Guy Charbonneau, directeur à la Direction des travaux publics de l’arrondissement de Ville-Marie lors du conseil d’arrondissement mardi soir. Le fonctionnaire a indiqué qu’un examen conjoint avait été réalisé par les vétérinaires de l’Université de Montréal et par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) jeudi dernier. « Les [résultats des] examens et les prises de sang sont formels : la seule chose qu’elle a, c’est de la fatigue », a soutenu M. Charbonneau. « Et la raison principale identifiée — sans blague — c’est que Cocotte a beaucoup d’entregent. Elle avait beaucoup de difficulté à dormir la nuit. Le vétérinaire a suggéré de déplacer son voisin. Le contrôle médical va avoir lieu dans deux semaines et on va voir si ça va donner les résultats escomptés. »












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.